Après une bonne dizaine d’articles sur le sujet (https://www.geekgeneration.fr/tag/fallout-76/) et une absence de borne de jeu sur le stand de Fallout 76 à la Paris Games Week 2018. Nous avons eu l’occasion de tester ce dernier opus de Bethesda et on vous en parle ici !

Le contexte

Fallout 76 se situe en Virginie-Occidentale en 2102, soit 185 ans avant Fallout 4. Vous êtes plongé dans un paysage en ruine nommé les Appalaches où diverses créatures et dangers environnementaux font surface. Nous sommes plongés dans des décors très ressemblant à ceux de Fallout 4 pour ne pas dire les mêmes.

Pour les habitués de Fallout, un manque d’originalité est palpable, certains objets ont le même pattern graphique que sur Fallout 4 malgré 185 ans d’écart. Certains environnements et quartiers de villes reviennent donner un léger de renouveau mais rien d’affolant.

L’aspect visuel et sonore

Nous avons commencé à parler du pattern graphique dans le précédent paragraphe. Mais sachez-le, il y a matière à redire sur ce dernier opus.

Pour se remettre dans un contexte technique, le moteur graphique est le même que Fallout 4, soit 3 années passées sans réelle innovation graphique, c’est très décevant. Surtout après l’arrivée des PS4 PRO, Xbox One X ou encore les dernières cartes graphiques de la série RTX…

De plus, les animations avec décors et objets sont quasi existantes.

Si cela suffisait, on pourrait apprécier ce Fallout 76 comme un Fallout 4, mais on en est loin car les bugs graphiques n’ont jamais été aussi présents sur l’ensemble des jeux Bethesda que celui-ci (Fallout et The Elder Scroll réunis).

On peut comprendre que la plupart des jeux actuels souffrent plus ou moins de quelques bugs graphiques, c’est devenu habituel que l’on arrive à en faire abstraction sur certains jeux après de longues heures de gameplay.

Prise en main et approche timide d’un mode multijoueur

Ce qui va mettre les fidèles comme les nouveaux joueurs de Fallout en accord, c’est la complexité des interfaces liées à votre Pit-Boy aussi bien sur PC en mode clavier souris ou Gamepad avec les joueurs consoles.

Le fait que le jeu soit 100% multijoueur, vous devez avoir obligatoirement une connexion internet requise et constante. Ça semble logique, mais frustrant quand vous avez besoin de mettre le jeu en pause, le monde continue de vivre sans vous et les ennemis aussi.

Le simple fait de consulter sa map ou rechercher un objet sur votre pit-boy, vous laissera aussi vulnérable que jamais. Et la gestion de l’interface est assez complexe quand nous avons pas l’habitude.

Le mode multijoueur est une nouveauté sur Fallout 76 que Bethesda semble avoir priorisé sur sa communication lors du dernier E3.

Après quelques heures de gameplay, on a cette sensation d’être seul, on croise un joueur par heure, les quêtes ne demandent pas d’être à plusieurs pour les achever, pas l’existence de raid ou de mode Donjon comme il peut y avoir sur The Elder Scrolls Online, juste des événements publiques à finir dans une zone et un temps imparti, facilement réalisable en solo.

Le vrai avantage à ce mode multijoueur serait de jouer avec ses propres amis ensemble sur les mêmes quêtes ou en mode exploration afin de ne pas se sentir seul dans ce monde vastes de Terres Désolées et d’ennuies.

Notre Geek Show dédié au test de Fallout 76 sur PS4 PRO

 

Test effectué sur PS4 PRO sur une version physique fourni par le distributeur

L’avis de la rédac

Pour conclure, ce Fallout 76 n’est pas une réelle abomination car on peut prendre plaisir à jouer comme au précédent. Il faudra surtout être patient et garder son calme face à multiples bugs comme l’animation, les textures, les colisions, une IA totalement aux fraises, la spécialisation sonore qui fera perdre vos sens à ne plus savoir si une goule est hors d’une maison ou simplement à l’étage du dessus. BREF, c’est ce qui fait l’habitude de Bethesda, loin de faire son charme. Il va falloir que le studio arrête de fermer les yeux et les oreilles et commencer à réagir pour les prochains jeux à venir.

 

Les Plus Les Moins
Pas de grosse difficulté à survivre. Un moteur graphique inchangé en 3 ans et en obsolescence !
Le système S.P.E.C.I.A.L. complet et modulable à souhait. Des bugs d’affichages et une spécialisation sonore à revoir.
Jouer avec ses potes jusqu’à 4 ! Un mode multi très pauvre.
Une IA complètement à la ramasse.
Gestion de l’inventaire complexe.

4 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.