Sorti il y a plus de deux en Arcade, Tekken 7 débarque enfin sur nos consoles et pour la première fois sur PC. Qu’en ait-il de cette septième édition du roi du poing d’acier ?

Alors que les japonais peuvent s’essayer à ce septième épisode depuis le 18 mars 2015 en Arcade, les occidentaux rêvent depuis un moment de pouvoir mettre la main sur ce nouvel opus. Après deux de développement et d’adaptation, le titre est enfin disponible chez nous, avec en prime, toutes les améliorations apportées par la mise à jour Fated Retribution de l’arcade.

Get Ready for the Next Battle !!!

Le roster est assez conséquent et propose d’anciennes tête à savoir Alisa Bosconovitch, Asuka Kazama, Bob Richards, Bryan Fury
Devil Jin, Devil Kazuya, Eddy Gordo, Eliza, Feng Wei, Heihachi Mishima, Hwoarang, Jin Kazama, Kazuya Mishima, King, Kuma/Panda, Lars Alexandersson, Lei Wulong, Lee Chaolan, Leo Kliesen, Lili Rochefort, Ling Xiaoyu, Marshall Law, Miguel Caballero Rojo, Nina Williams, Panda, Paul Phoenix, Sergei Dragunov, Steve Fox, Violet et le déjanté Yoshimitsu. Parmi les nouvelles têtes, on peut voir Akuma (issu de la saga Street Fighter), Claudio Seraphino, Gigas, Josie Rizal, Katarina Alves, Kazumi Mishima (la femme d’Heihachi, et mère de Kazuya), Lucky Chloe, Master Raven et Shaheen.

C’est beau ? Mouais…

Graphiquement, c’est là que le jeu de Bandai Namco a des lacunes. Le titre est inégal, on peut voir un menu avec une définition hallucinante, un décor de toute beauté et pour au final tomber sur les combattants… flous ! On a l’impression que le caméraman film en mode manuel sans faire le point sur les personnages mais plutôt sur les décors. Idem pour les cinématiques, d’une très grande qualité et qui, par moment, est assez médiocre. Le tout reste, dans l’ensemble, acceptable, il ne faut pas oublier que le plus important dans Tekken c’est le gameplay.

Un gameplay simplifié

Côté gameplay, on peut noter quelques nouveautés, comme les Tailspin, Rage Art, Power Crush et Rage Drive. Le Tailspin est un coup spécial qui projette l’adversaire lors d’un juggle, le bloquant au sol ou contre le mur, permettant de pouvoir enchainer un combo. Le Rage Art est un coup spécial puissant qui est disponible uniquement quand la barre de vie du joueur est au plus bas. On peut le comparer aux X-Ray de la saga Mortal Kombat. Ce coup est tellement puissant qu’il peut changer la face du combat rapide. Le Power Crush est un coup puissant qui demande de la charge, les coups assenés par l’adversaire sont encaissés. Et enfin le Rage Drive est, à l’instar du Rage Art, disponible uniquement quand la barre de vie est basse. Celui-ci envoie un coup puissant qui projète l’adversaire au sol ou sur un mur comme pour le Tailspin.

Des sonorités de maintenant et d’antan

Niveau bande originale, les compositions d’Akitaka Tohyama sensei sont toujours aussi entrainantes. Un énorme bon point pour Bandai Namco pour avoir inclus l’intégralité des musiques de la saga en passant même par les cases spin-off comme les Tag Tournament.

Un poing d’acier épuré en mode de jeu

Après avoir terminé le mode histoire, qui se termine très rapidement, on peut se tourner sur les autres modes de jeu. Et là c’est la surprise du chef, il manque tous les modes habituels de la franchise à savoir le traditionnel 1P VS Com qui ne propose que du PVP en local. Plus de mode Time Attack, de mode survie pour même de Team Battle. L’accent est fortement dirigé vers le multi online. Les possesseurs de PlayStation VR pourront s’essayer au mode VR qui, au bout de 5 minutes, semblera bien anecdotique une fois le casque retiré. Le mode Gallery et Juke-Box feront plaisir au fans qui pour redécouvrir toutes les cinématiques de la saga ainsi que toutes les musiques. Tandis que le mode personnalisation proposera d’habiller vos combattants et de personnaliser votre cardbattle. Avec tout ceci, heureusement que le mode Arcade traditionnel est toujours présent.

Conclusion

Après pratiquement 8 ans d’absence, sans compter le spin-off Tag Tournament 2 en 2012, Tekken 7 ne révolutionne pas le genre mais à le mérite d’être un… Tekken. Certains joueurs lui reprocheront de ne pas être à la hauteur niveau graphisme (surtout quand on pense que la campagne de promotion s’accentuait d’avantage sur l’utilisation du moteur Unreal Engine), mais les fans passeront outre et prendront plaisir à retrouver les combats endiablés et techniques du titre de Bandai Namco. Maintenant il ne reste plus qu’à attendre des nouvelles du season pass qui apportera son lot de nouveaux combattants et, espérons-le, de nouveau ou d’anciens modes de jeu.

Trailer de lancement de Tekken 7

12 COMMENTAIRES

Comments are closed.