La Fédération européenne du logiciel interactif (ISFE) s’est prononcée contre la décision du tribunal français selon laquelle les utilisateurs de Steam devraient pouvoir revendre leurs jeux.

Un tribunal français a rendu son jugement le 17 septembre dans une affaire engagée par le groupe de consommateurs français UFC-Que Choisir contre Valve. Il a été jugé que les acheteurs de jeux vidéo sur la plate-forme numérique de Valve, Steam, étaient autorisés à les revendre. Cette décision est en contradiction avec le droit communautaire établi et devrait être annulée en appel (Jugement rendu le 17 Septembre 2019, Tribunal de Grande Instance de Paris, Union Fédéral des Consommateur, Que Choisir contre SARL Valve et Valve Corporation.).

Simon Little, PDG d’ISFE, a déclaré: « Cette décision française va à l’encontre du droit européen bien établi qui reconnaît la nécessité de protéger les téléchargements numériques de la facilité de reproduction autorisée par Internet. Loin de soutenir les joueurs, cette décision, si elle est maintenue, aurait un impact négatif considérable sur les investissements dans la création, la production et la publication de jeux, mais pas seulement de la production du secteur du divertissement numérique en Europe. Si les créateurs européens ne peuvent pas protéger leurs investissements et leur propriété intellectuelle, les conséquences pour l’industrie et les consommateurs seront désastreuses. »

« Selon la législation européenne sur le droit d’auteur, chaque utilisation doit être soumise à l’autorisation du titulaire des droits en matière de services numériques et de services de diffusion en continu. Le droit d’auteur n’expire pas à la première vente, comme c’est le cas pour les biens matériels. Les biens matériels sont soumis au « droit de distribution » et à la « doctrine de l’épuisement », ce qui signifie que l’acheteur a le droit de revendre les biens s’ils ont été mis sur le marché avec l’autorisation du titulaire du droit d’auteur. Ce n’est pas le cas des téléchargements numériques qui sont soumis au «droit de communication au public», ce qui signifie que l’acheteur n’a pas le droit de les vendre, sans l’autorisation du propriétaire du droit d’auteur « .

Sur la base de cette interprétation, il semble assurément que la Cour s’est précipitée dans son jugement et que l’appel à venir devrait régler le problème. En vertu de la législation européenne sur le droit d’auteur, la « doctrine de l’épuisement », qui s’applique aux biens matériels et éteint le droit du titulaire du droit d’auteur à la distribution après la première vente, ne s’applique pas aux biens numériques.

Il ne reste plus qu’à attendre la décision de l’appel. Wait & See…

Source : mcvuk

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.