4 ans après le dernier opus, Watch Dogs est de retour avec Legion, un épisode « So British » dans une Londres futuriste aussi dangereuse qu’attirante. Que vaut ce nouvel épisode ?

L’action de ce nouvel opus se situe donc en Angleterre dans la magnifique ville de Londres dans un futur proche. DedSec est accusé à tord de multiples attentats qui ont contribué à la chute de Londres. En effet, nous devons ces actions à Zero-Day, une entité inconnue qui fait porter le chapeau à nos joyeux pirates. Alors que l’on croyait DedSec mort depuis un moment, celle-ci se reforme petit à petit grâce à Sabine, une ancienne membre qui tente de former une résistance pour démasquer Zero-Day et libérer aussi la ville d’Albion, une société tyrannique imposant ses lois pour « sécuriser la ville ».

Watch Dogs Legion est plus sombre que le précédent opus qui avait une tendance au flashy sauce Hypster. Là où San Francisco était propre et ensoleillée, Londres est sale, humide et glauque par moment. Legion est un peu le retour aux sources de la franchise, se rapprochant plus du premier opus. Un bon point pour les amoureux de l’aventure d’Aiden Pearce.

Le nouveau terrain de jeu est tout simplement fantastique. Une Londres post-brexit dystopique avec un petit côté Cyberpunk de toute beauté. La reproduction de la capitale britannique est parfaite, tout est là où il faut. De plus, la ville est très vivante, avec un grand nombre de PNJ et transports. Londres grouille de monde et c’est un très bon point. De plus chaque personnage croisé peut être enrôlé par DedSec en fonction des compétences qu’il propose ou tout simplement du lien affectif qu’il peut avoir avec d’autres membres de DedSec.

Ces personnages sont en fait vos compères ou plutôt vous même. Watch Dogs Legion fait abstraction d’un personnage principal et propose… tous les personnages que vous croiserez. C’est original mais aussi très déstabilisant. Là où on peut s’attacher à un héros, il n’en est rien dans cet opus, et c’est vraiment dommage. Autre point qui dérange, le charadesign. Certains personnages sont horribles ou arborent un look totalement improbable.

Côté gameplay, Legion ne déroge pas à la règle et reste très proche des deux grands frères. ceci dit, le titre est beaucoup moins « vertical » que le second opus. Le parkour est beaucoup moins présent, il faudra user de votre mobile pour hacker les drones plateforme qui vous permettrons d’accéder aux immeubles et certains toits. Le combat au corps-à-corps a grandement été amélioré, ajoutant même l’esquive donnant plus de panache aux combat.

Comme dans chaque opus, le gros point noir de la franchise est la conduite. Et il faut avouer qu’elle est pire dans Legion. La faute aussi à l’utilisation de véhicules électriques qui manque, comme dans la vraie vie, de sonorité. Les véhicules ont l’air extrêmement légers et n’offrent aucune sensation dans les virages. On se surprend même à abuser de la conduite automatique pour éviter de conduire.

Le hacking et l’infiltration sont bien évidemment au coeur du gameplay et certaines missions sont très prenantes et palpitantes. Il vous faudra de l’ingéniosité et de la patience pour réussir une mission sans se faire attraper. Votre panel d’accessoires ne se limitera pas à votre mobile et proposera des gadgets de toutes sortes que vous pourrez débloquer via des points tech. Spiderbots, Drones, EMP… votre arsenal est plutôt bien fournis.

En ligne droite, la quête principale ne vous prendra pas plus d’une vingtaine d’heures. Ce qui équivaut à peu près à la durée de l’histoire des aventures précédentes. Comptez une bonne quinzaine d’heure pour completer toutes les missions annexes. Pour les chasseurs de trophées, il faudra jouer une cinquantaine d’heure pour débloquer le platine. De plus, de nombreuses activités annexes sont disponibles. En dehors des livraisons de colis en mode Amazon, vous avez la possibilité de jouer à des mini-jeux assez prenant comme les flechettes dans les pubs, les jeux de jongle Soccer ou encore les combats clandestins.

Watch Dogs Legion propose un contenu conséquent et surtout suffisant. Ubisoft a tenu compte des réserves de certains joueurs qui trouvaient les jeux trop long. De notre côté, on valide la durée du soft même si nous ne sommes pas contre quelques heures de jeu en plus, attendons de voir ce que nous propose le Season Pass et le retour d’Aiden Pearce et du délirant Wrench.

Pour conclure, Watch Dogs Legion fait le pari osé en faisant abstraction d’un héros en proposant le système de recrutement. Mais passé ce détail le titre est plaisant. C’est un véritable plaisir de circuler dans les rues d’une Londres dystopique reproduite à la perfection. De plus, le scénario assez dark du jeu est palpitant, nous donnant envie d’en savoir plus à chaque mission. Graphiquement, le titre n’est pas égal et propose des décors magnifiques, mais un charadesign parfois douteux. On a hate de découvrir le soft sur consoles Next-Gen, ce léger détail sera surement corrigé. Vivement !

Watch Dogs Legion est disponible sur Xbox One, PlayStation 4, Google Stadia, UPLAY+ et sur PC en exclusivité sur l’Epic Games Store et l’Ubisoft Store. Le jeu sera également disponible le 10 novembre 2020 sur Xbox Series X et Xbox Series S, puis sur PlayStation 5 à son lancement.

Test effectué sur PS4 PRO sur une version dématérialisée fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
Une histoire passionnante Il manque un personnage principal
Londres est magnifique… …le charadesign beaucoup moins
Une ville très vivante La conduite, toujours un soucis
L’ambiance et les messages plus sombres et d’actualités Parfois redondant

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.