Far Cry est de retour avec un sixième opus sous le soleil ! Que vaut donc cette aventure à Yara ? Verdict !

Ce nouvelle opus nous plonge au cœur d’une révolution à Yara, un paradis tropical fictif dans les caraïbes grandement inspiré de Cuba. Le président Antón Castillo, incarné par le talentueux Giancarlo Esposito (Breaking Bad, The Mandalorian), promet de redonner à son pays sa gloire d’antan grace à la production d’un médicament anti-cancer concocté via le tabac produit dans le pays : le Viviro. Cependant, cette production est néfaste pour les habitants de Yara qui son exploité à la tache et exposé à ces champs toxiques. De cette détresse se lance le chaos avec la guérilla qui se lève contre le tyran. A vous de prendre les armes et de libérer Yara.

Après l’Asie et l’Amérique, ce sixième opus de la saga nous ramène au soleil avec des décors paradisiaques qui n’ont rien a envier à Rook Island (Far Cry 3). Fortement inspiré de Cuba, Yara est magnifique. Forêt luxuriante, villes et villages atypiques, plages ensoleillées… on en prend plein les yeux. La physique a été améliorée avec une interaction plus importante avec le décors. Mais graphiquement, le point noir de cet opus est surtout la modélisation des visages. Là où le moteur graphique fait des merveilles dans les décors, sur les visages des personnages la magie n’opère pas. Non pas que la modélisation soit hideuse, on n’y retrouve juste pas la qualité « Next-Gen ».

Côté gameplay, Far Cry 6 de déroge pas à la règle avec une prise en main rapide et quelques petites nouveautés comme le Supremo, un sac à dos de la mort qui lance des roquettes, gaz toxique, impulsion IEM et autres joyeusetés. La gestion de l’équipement pour vous apporter de nouvelles capacités ou des bonus (qui remplace en quelque sorte l’arbre de compétence habituel). Mais le point fort est bien l’armement avec un du kraft en veux-tu en voilà. Les armes s’upgrade sur des établis avec du matériel récolté un peu partout dans Yara de type métal, poudre à canon, attaches recyclées… Far Cry 6 vous apprendra à nettoyer chaque lieu pour améliorer vos armes et aussi agrandir votre camp. Vous êtes même amené à récolter de l’Uranium appauvri pour fabriquer de nouvelles armes et de nouveaux Supremos. Un vrai petit boulot écolo en somme. Notons l’utilisation des Amigos plutôt sympathique avec Guapo 100% full Swag avec sa veste de survet’ et un Chorizo trop Kawaï.

Etant sur PlayStation 5, nous avons pu constater que le studio a bien tenu compte des spécificités de la Dualsense avec les vibrations aptiques et les gachettes adaptatives. De plus, Next-Gen oblige, le jeu est fluide avec un framerate à 60 fps en 4K. Cependant, on notera que, contrairement à la version PC, les versions PS5 et Xbox Series X/S sont dépourvues de Ray-Tracing, dommage.

Véritable plaisir de la franchise, la coopération à deux est bien évidemment de retour. Même s’il n’y a que l’hôte qui peut évoluer dans l’histoire, l’invité récolte tout le stuff qu’il accumule lors de la session en coop’.

Comptez pas moins de 25 heures pour finir le jeu en ligne droite sans s’essayer aux nombreuses quêtes annexes et mini-jeux. Les complétistes adeptes du trophée platine en auront pour leur argent avec plus du double de temps. Il faut dire que la map est immense ! Il y a toujours quelque chose à faire à Yara.

Pour conclure, Far Cry 6 n’est pas une révolution mais il fait ce qu’on lui demande… du Far Cry. C’est toujours un plaisir d’attaquer des avant-postes en coopération, libérer les régions, se retrouver dans un paysage paradisiaque. Même si graphiquement le titre est instable entre décors magnifiques et la modélisation des visages un peu daté, c’est le plaisir de jeu qui prime. L’histoire est peut-être un peu banal, n’empêche que certains personnages sont plutôt charismatique. De plus, on a hate de s’essayer au prochaine DLC pour proposera de prendre les commandes des plus grands méchants de la franchise.

Far Cry 6 est disponible sur Xbox Series X|S, Xbox One, PlayStation 5, PlayStation 4 et sur PC en exclusivité sur l’Epic Games Store et l’Ubisoft Store, mais aussi sur Stadia et Amazon Luna dès son lancement en France. Le jeu est également disponible sur Ubisoft+, le service d’abonnement d’Ubisoft.

Test effectué sur PS5 sur une version dématérialisée fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
Le décor exotique, un dépaysement total L’IA aux fraises
Giancarlo Esposito, le charisme à l’état pur… … mais peu présent durant l’aventure
Plutôt joli… … mais on sent que le moteur du jeu arrive à son bout
La map gigantesque Extrêmement redondant
La coop à deux, un véritable plaisir Pas de Ray-Tracing

1 commentaires

  1. […] Far Cry 6 est disponible sur Xbox Series X|S, Xbox One, PlayStation 5, PlayStation 4 et sur PC en exclusivité sur l’Epic Games Store et l’Ubisoft Store, mais aussi sur Stadia et Amazon Luna dès son lancement en France. Le jeu est également disponible sur Ubisoft+, le service d’abonnement d’Ubisoft. Retrouvez notre test complet en cliquant ICI. […]

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.