Samedi dernier, nous étions invités à assister à l’édition annuelle d’Elektric Park, le festival electro Open-Air de Joachim Garraud. Retour sur une édition ensoleillée !

C’est sous un soleil de plomb que nous avons assisté au célèbre festival electro de Chatou sur l’île des Impressionnistes. Le parc accueillait de nombreux festivaliers, pour la plupart déguisés, qui affichait un large sourire. Soleil et Musique, un cocktail détonnant.

On peut noter que la ville de Chatou est très impliquée dans le festival étant donnée qu’elle met à disposition des festivaliers des parkings gratuits à différents endroits de la ville. Un bon point quand ont voit que certains événements coûtent plus cher en parking qu’en entrée.

C’est avec un grand sourire que nous avons été accueillit par les bénévoles de l’événement qui nous ont ensuite guidé jusqu’à la scène principale, la Yellow Stage en passant par une Black Stage plutôt sympathique mais relativement petite.

Les différentes scènes

La Yellow Stage, principale scène de l’événement, avait vraiment tout à disposition, que ce soit la restauration au sanitaires. Un véritable luxe. Nous avons passé la plupart du festival sur ce Stage, ou du moins après le passage Deep House/Chill.

La Red Stage souffrait d’un manque de place par rapport à son public. Nous nous sommes retrouvés rapidement collés les uns contre les autres lors de la prestation d’Ace Ventura. Dommage que ce stage soit si étroite étant donné sa popularité.

La Green Stage ne nous a pas attirée plus que ça (à titre personnel bien évidemment), contrairement à la Black Stage qui était incroyable petite et mise en retrait. Dommage car de bons DJ ce sont succéder.

Un line up varié

Le début de journée faisait la part-belle à la Deep House avec Purple Disco Machine et Bon Entendeur qui n’était pas forcément des goûts de tout le monde à en croire le peu de gens devant la scène alors que la Red Stage était déjà bondée avec Azax, Ace Ventura et Neelix.

La Yellow Stage s’est réveillée dès la présence aux platines de Feder. S’en est suivi une pléiade de DJ Star avec notamment des set énergiques de Michael Canitrot, Martin Jensen et un Joachim Garraud en grande forme qui nous a même tiré une petite larme avec une bel hommage au regretté Avicii. Aazar et Tony Romera ont conclus un festival ensoleillé sous le signe de la joie.

Des installations bien réparties

L’un des gros défauts des éditions précédentes venaient de l’emplacement des installations sanitaires et de restaurations. Défaut corrigé avec la présence de plusieurs bars sur chaque Stages accompagnés de petites « baraques à frites » mais aussi la présence de toilettes qui étaient bien éparpillés à travers le Parc des Impressionnistes. Ne pas faire la queue pendant 20 minutes est un pur bonheur. On notera juste que le prix des boissons était un peu élevé à savoir 8€ pour une pinte de bière avec une caution de 1,5€ pour le verre. C’est un peu excessif, surtout pour les marques proposées.

De plus, pour les amoureux de la (fast)gastronomie, une Food Court était présente avec différents types de cuisines. Nous avons jetés notre dévolu sur les Grilled-Cheeses d’un Food Truck avec un accueil fort sympathique.

5 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.