Yooka et Laylee sont de retour dans une toute nouvelle aventure hybride sur plateforme ! Ils doivent courir, sauter et se frayer un chemin à travers une série de niveaux 2D remplis de challenges. Affrontez un Overworld déroutant et rallier le Royal Beettalion pour vaincre Capital B et son Impossible Lair ! 

Le jeu est composé de 20 niveaux, chacun avec une version alternative. Résolvez des puzzles, trouvez des secrets et dépensez vos plumes sur le monde en surplomb pour créer de nouveaux paysages et de nouvelles fonctionnalités dans les niveaux 2D. Branchez l’électricité, submergez-les dans l’eau ou retournez-les littéralement à l’envers pour des défis radicalement modifiés ! Sauvez les 48 soldabeilles piégées afin de vous équiper pour le niveau final.

 

Pour ce nouvel opus développé par Playtonic Games et édité par Team17, le joueur retrouve nos deux compères Yooka, le caméléon vert, et Laylee, la chauve-souris et son gros nez rouge. De même que dans le premier jeu, pour entrer dans un monde, Yooka et Laylee doivent passer au travers d’un livre magique (clin d’oeil aux tableaux de Super Mario 64). Pour commencer, la partie didactielle permet de rapidement prendre en main les contrôles des personnages. Il nous fait aussi un bref résumé de l’histoire : Capital B tient en sa possession un sceptre permettant de contrôler les abeilles et ainsi dominer le royaume de Queen Phoebee (la reine des abeilles). Notre but est simple : vaincre Capital B et ainsi libérer le monde des abeilles. L’introduction est assez rapide (5 minutes) et suffit amplement pour se lancer dans l’aventure !

LES GRAPHISMES

Dans ce deuxième opus, l’éditeur a choisi de revenir sur un style de jeu plus « rétro » que son prédécesseur avec le jeu de plate-forme 2D. Graphiquement, le jeu est vraiment plaisant et affiche un style cartoon, dans les tons que l’on pourrait retrouver dans Splatoon. L’univers est vraiment cool et immersif. Dans l’overworld les couleurs flashent légèrement, mais cela participe à l’ambiance de l’univers.

LE GAMEPLAY

En ce qui concerne le gameplay, la prise en main est très rapide, et les mouvements sont assez intuitifs (sauter, planer, attraper et lancer des objets). Une fois quelques niveaux terminés, on constate que le degré de difficulté est assez simple, mais augmente au fur et à mesure que l’on progresse dans le jeu.

L’on possède 2 vies : celle de chacun des deux personnages. Une fois touché par un monstre, le premier personnage à tomber (ou du moins à s’enfuir) est Laylee. Mais il est tout à fait possible de rattraper la chauve-souris en la saisissant au vol à temps, ou encore de la rappeler avec une clochette présente dans les alentours. Chaque niveau possède environ 5 clochettes à usage unique. On peut donc dire que l’on possède 2 vies avec « extra ».

Au besoin, une aide est apportée par le jeu : si l’on meurt un certain nombre de fois au même endroit (une dizaine de fois), le jeu propose de sauter ce passage et de passer directement à la suite du niveau. Évidemment, le joueur sera privé des bonus présents dans ce segment de jeu. Mais il pourra toujours refaire le niveau en question plus tard, s’il le souhaite.

 

 

 

 

 

LES PLUS

Dans l’overworld, le joueur ne fait pas simplement se balader d’un niveau à l’autre. Il a aussi quelques énigmes à résoudre, des cachettes et des niveaux à découvrir… Pour progresser dans l’univers, il devra aussi avoir récupéré suffisamment de pièces dans les niveaux afin de payer un droit de passage. Notamment avec Trowzer, le serpent filou, déjà présent dans le premier opus, qui ne manquera pas de placer des péages tout au long du parcours afin de se remplir les poches de nos T.WI.T. coins durement amassés.

Pour continuer dans les points positifs, le menu se complète parfaitement avec l’univers fun du jeu. Il est ludique, clair et complet ! On y trouve les éléments suivants : la carte, les soldabeilles trouvées, les tonifiants découverts, les succès débloqués, ainsi que les réglages. En ce qui concerne les soldabeilles, chacune possède son design et un petit résumé : par exemple la Zingary: Ce vétéran des soldabeilles a dezingué pas mal de zingers dans le passé.

En bref, un jeu complet avec un univers fun et immersif, un menu ludique, ainsi qu’un gameplay simple mais efficace !

Les Plus Les Moins
Univers fun Musique un peu répétitive dans l’overworld
Gameplay simple et efficace Difficulté parfois inégale entre les niveaux
Menu ludique
Possibilité de refaire les niveaux à l’infini

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.