Après les excellents Yakuza 0 et Yakuza Kiwami, le Dragon de Dojima est de retour avec Yakuza 6: The Song of Life, sixième et dernier opus qui va conclure 13 ans d’aventures. Que donne cette dernière aventures ? On vous dit tout !

L’histoire de ce sixième opus, qui rappelons-le est la conclusion des aventures du Dragon de Dojima, se situe 3 ans après les événements du 5ème épisode. Après son arrestation, Kiryu a purgé ses 3 ans de prison. Enfin libre, notre héros est de retour à l’orphelinat et apprend une très mauvaise nouvelle concernant sa fille adoptive Haruka. Il va donc devoir renouer avec la mafia tokyoïte… et on arrête là pour l’histoire pour ne pas vous spoiler en sachant que cet opus regorge de rebondissements. Cet opus joue surtout sur le côté sentimental du héros. La durée de vie est plus que raisonnable pour un jeu uniquement solo puisse qu’il faut compter une vingtaine d’heures pour venir à bout de l’histoire.

Graphiquement, c’est une réussite. Le moteur Dragon Engine fait bien son travail même si on peut remarquer quelques chutes de framerate par moment et certaines textures du décors assez baveuses avec beaucoup d’aliasing même sur PS4 Pro. La grosse révolution du Dragon Engine est surtout visible sur les visages et la texture de la peau des personnages. Le nouveau moteur apporte aussi une plus grand liberté de mouvement.

Des changements ont été opéré côté maniabilité en bien et en mauvais. Commençons par le mauvais avec l’impossibilité de switcher entre les différents styles d’arts martiaux. Une nouveauté qui était fort intéressante dans les précédents « remake » et « préquels » qui n’est plus disponible. C’est dommage. Les combats sont parfois un peu brouillons quand une dizaine d’adversaires déboulent mais le tout est rattrapé par des impacts plus punchy dans les coups donnés par Kiryu, un petit truc nouveau assez grisant.

C’est toujours un plaisir de retrouver Kiryu dans les rues bondées de Kamurocho. Les salles d’arcades, Karaoké et bars à hôtesses sont toujours une réussite. Côté graphique, c’est un véritable bon en avant mais qui reste perfectible au niveau des finitions. L’histoire est très prenante et tient en haleine pendant pas mal d’heures. On a hâte de se replonger dans les aventures de Kiryu, qui sera de retour cet été avec Yakuza Kiwami 2.

Yakuza 6: The Song of Life est disponible en exclusivité sur PlayStation 4.

Test effectué sur PS4 Pro sur un version commerciale fourni par l’éditeur.

1 commentaires

Comments are closed.