Après le succès de Wonder Boy: The Dragon’s Trap, Dotemu, Lizardcube et Guard Crush Games sont de retour avec une autre licence phare de Sega : Streets of Rage 4. On vous dit tous !

Il aura fallu 26 ans pour voir arriver la suite de Streets of Rage 3. Nous devons ce quatrième opus au trio Dotemu, Lizardcube et Guard Crush Games qui avaient déjà officié sur une autre licence Sega, Wonder Boy.

L’histoire du jeu se situe 10 ans après les événements de l’opus précédent et la chute de Mr. X. Après une période de paix, les enfants de celui-ci ont bien grandi et ont repris l’empire familial asservissant les gangs et même la police de New York. Axel, Blaze et de nouveaux venus se mettent en quête de faire chuter l’empire des jumeaux Y. Un scénario qui sent bon les années 90.

La patte graphique de ce nouveau opus est de toute beauté. Un design à la main avec une animation fluide et précise. C’est vraiment magnifique. De plus, les cinématiques entre chaque stage en mode BD dynamique sont vraiment sympathiques. Le charadesign aussi fait mouche avec un Axel vieillissant au look très 90’s avec sa paire de montantes et sa chemise à carreaux accrochée autour de la taille. De même que Blaze et son look fin 80’s so sexy. Les petits nouveaux ne sont pas sans charisme avec un un Floyd surpuissant avec ses bras à la Jax de MK, Cherry avec sa guitare électrique en mode Grunge et Adam le pro des arts martiaux.

Le jeu propose quelques options que l’on retrouve bien souvent dans les compilations rétro comme les galleries d’artworks ou encore les filtres pour rendre le jeu plus proche de la saga d’origine avec notamment des effets pixélisés ou de flou. Gadget mais toujours sympathique. La musique est aussi importante dans SOR4 avec des compositions en mode Synthwave tout bonnement excellentes et aussi la possibilité de switcher quand bon vous semble en mode 16 bits avec les musiques originales de la saga. Un vrai bonheur pour les fans de la franchise.

Côté gameplay, c’est là l’un et pour ne pas dire LE point fort du titre. Streets of Rage 4 vous offre une impression de puissance à tous les points. Même les menus sont punchys. Chaque coup porté donne l’impression d’être imbattable donnant cette sensation de retrouver les bons vieux Beat them All d’antan. De plus, les combos sont remis au gout du jour et donnent des combinaisons ultra jouissive. Le titre emprunte ce qu’il y a de meilleur dans l’univers du VS Fighting pour l’incorporer au genre. On pense d’emblée aux blocages contre les murs avec les rebonds qui partent en combo juggle enchainant ainsi les coups. Le coup arrière est aussi le bienvenue permet de se défendre pendant un combo et ne pas être dérangé par un sbire venant de derrière.

Manette en main, il ne vous faudra quelques secondes pour vous adapter au gameplay de SOR4. Un bouton pour l’attaque, un pour le saut, un pour le coup spécial, un pour attraper et/ou lancer des objets, et autre pour le coup de defense arrière. Certaines combinaisons de touches peuvent provoquer des enchainments comme les combos arrières très pratiques ou encore la super attaque (bien pratique contre les boss) qui utilise une étoile, item qui sont dissimulés un peu partout dans les stages.

Chaque personnage a son propre gameplay, ses coups et son inertie. Axel et Floyd sont puissant mais très lents, tandis que Cherry et Blaze sont rapides mais moins fortes. Adam quant à lui est un équilibre quasi parfait. Personnellement j’ai une préférence pour Cherry qui est très rapide et qui propose un excellent combo aérien.

Le titre propose un jeu en coopération (normal pour le genre) en local jusqu’à 4 et en ligne jusqu’à) 2 joueurs. Une bonne initiative pour un jeu plus fun et surtout pratique quand on voit le niveau de difficulté du jeu. En mode normal, le jeu est déjà difficile et il n’est pas rare de ne pas arriver au bout du stage si on n’a pas ses barres et étoiles initiales dès le début du niveau. Cependant lors de votre mort, le jeu vous propose de recommencer avec un nouveau personnage mais aussi avec des options d’aides supplémentaires comme commencer le niveaux avec plus de vies et plus d’étoiles, mais… utiliser une de ces options vous coûtera une partie de vos points engendrés lors de votre futur tentative.

Comme les jeux de l’ère 16 bits, le soft se finit très rapidement. Comptez en 2h30 à 3h de jeu pour arriver au boss final. C’est assez court il faut le dire, mais le titre propose de reparcourir NYC via un mode Arcade à finir d’un traite (pas facile), refaire le mode histoire dans des modes de difficultés plus élevés (j’ai tenté le premier niveau en mode Mania… je n’ai pas tenu très longtemps). Les modes Duel et Combat de boss sont aussi là pour vous amuser encore un peu. Mais dans l’ensemble le titre est rapidement fini, un soucis bien connu pour ce type de jeu. Mais il est toujours plaisant de l’avoir quelques part dans sa ludothèque ou au fond du disque dur de notre console quand un ami passe à l’improviste et que l’on veut faire ressortir les sensation de notre bonne vieille Megadrive.

Pour conclure, Streets of Rage 4 était attendu par bon nombre de fans de la saga. L’attente fut longue mais elle en valait la peine. Les équipes de Dotemu, Lizardcube et Guard Crush Games nous prouvent une nouvelle fois qu’avec beaucoup de travail et beaucoup d’amour on peut redonner vie à une saga et faire (re)vivre à petits et grands un monument du Beat Them All. Je me suis retrouvé projeté au début des 90’s devant ma console, mon petit écran cathodique, mon verre de Nesquik et ma pile d’exemplaire de Joypad et Console+ à côté de moi durant ce test. Une nostalgie qui met la larme à l’oeil. Un grand merci aux équipes de passionnés qui ont su faire renaitre (de nouveau) une franchise Sega si chère aux coeurs des gamers. 

Streets of Rage 4 est disponible sur PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch et PC.

Test effectué sur PS4 PRO sur une version dématérialisée fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
Des graphismes aux petits oignons Une durée de vie très très faible
Un gameplay puissant et jouissif Redondant au bout de quelques niveaux
Un jeu qui sent bon les années 90… Un poil trop difficile
Les musiques Synthwave switchable en mode rétro Peu être un peu cher
Un bel hommage à la saga d’origine

1 commentaires

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.