Ils en rêvaient, Nintendo l’a fait ! Pokémon: Let’s Go, savant mélange de Pokémon GO et des mécaniques traditionnelle, débarque enfin sur la Switch.

Après l’ouragan Pokémon GO sur Mobiles et les excellents Pokémon Soleil et Lune (et leurs itérations « Super ») sur 3DS, la Switch accueille enfin un véritable jeu Pokémon, un peu plus d’un an et demi après sa sortie. Nouveau ? Oui et non, car celui-ci est le remake de Pokémon version jaune : Édition Spéciale Pikachu sorti en 1998 sur Game Boy. Ce remake accueille donc les mécaniques de capture du jeu mobile de Niantic.

Comme dans la plus grande tradition des jeux Pokémon, le titre est disponible en deux éditions : Pikachu et Evoli. Nous avons fait ce test sur la version Pikachu, à savoir que les deux versions sont identiques à l’exception du Pokémon de départ. Acheter les deux versions ne sera donc pas obligatoire, sauf si vous êtes un collectionneur dans l’âme. Mais passons et retournons donc au Kanto !

NDLR : « Il est important de noter que ce jeu est mon tout premier test Pokémon (mis à part Pokémon GO). Etant adolescent à l’époque la sortie des jeux Game Boy, je ne me suis jamais plongé dans les aventures de Pikachu et ses amis. Je ne peux donc pas faire la comparaison avec l’opus original ou avec n’importe quel épisode précédent. »

Pour la petite histoire, vous êtes un jeune dresseur de Pokémon du Bourg Palette. Le jour de votre intronisation en tant que dresseur de Pokémon, vous capturez un Pikachu (ou Evoli) sauvage sous le regard du professeur Chen et devant l’admiration de votre rival. Rival qui obtiendra du professeur un Evoli ou un Pikachu à l’inverse de vous. Le professeur vous remettra votre Pokédex et la grande aventure peut enfin commencer !

Les graphismes de la Switch sont souvent un sujet à controverse, ce qui n’est pas trop le cas sur Pokémon Let’s GO. Le titre est très agréable en mode portable et relativement beau en mode TV. Après, il ne faut pas non plus faire la fine bouche car nous avons là un jeu au charadesign et au level design qui ne demandent pas un haut niveau de définition. Le Kanto est très coloré et rappellerons à certains les premiers Zelda 2D (larme de nostalgie).

Côté gameplay, le titre mélange trois phases différentes à la savoir le déplacement, la capture et le combat. On se déplace de façon traditionnelle, comme dans tout J-RPG classique. Les Pokémon sauvages sont apparents sur la carte ce qui permet d’éviter de tomber sur eux par hasard.

Dès qu’on entre en contact, la session de capture commence avec un gameplay tout droit tiré de Pokémon GO. Les combats sont en somme classique mais efficace avec un système de tour par tour (à l’ancienne comme on les aime #GenerationFF7), Pokémon: Let’s Go est accessible à tous.

La Switch disposant de différents style de gameplay (Ecran ou portable), il faut savoir que le titre n’est pas compatible avec le Pro Controller, ce qui est assez embêtant pour les joueurs qui veulent profiter du confort d’un pad « ordinaire ». A nouvelle console, nouvelle mécanique, et surtout un tout nouvel accessoire, la Pokéball Plus. Ce controler en forme de Pokéball permet les déplacements via un stick analogique et une interaction via différentes boutons. Lors des sessions de captures, l’accessoire, qui est équipé d’un gyroscope, permet de simuler l’envoi de la Pokéball sur notre cible. Sachez tout de même que l’accessoire est vendu au prix de 49,99€ (c’est pas donné) et qu’il contient un Pokémon, qui n’est autre que le célèbre Mew. De plus, il est compatible avec Pokémon GO (un petit plus supplémentaire).

Niveau durée de vie, on a affaire à un RPG, donc qui dit RPG dit looooongues heures de jeu. Comptez une bonne quarantaines d’heures pour venir au bout de la quête principale. Et comptez beaucoup plus pour capturer tous les Pokémon du Kanto et remplir ainsi votre Pokédex. Rappelons que le titre est compatible avec Pokémon GO et que les Pokémon capturés sur votre mobile sont pris en compte dans votre Pokédex.

Pokémon: Let’s Go, Pikachu et Let’s Go, Évoli est véritable le premier véritable jeu de la licence sur la console de Nintendo. Les fans ont été patients et ils sont désormais récompensés avec un titre frais, certes pas forcément nouveau étant donné que c’est un remake, et très chronophage. Si (comme moi), Pokémon: Let’s Go est votre premier jeu Pokémon après Pokémon GO, vous ne serez pas dépaysés. Les amateurs, eux, (re)découvriront le Kanto comme il n’a encore jamais été vu. Un coup de maître pour la firme de Kyoto qui propose deux excellents jeux en cette fin d’année (Super Smash Bros. Ultimate est attendu pour le 4 décembre prochain).

Pokémon: Let’s Go, Pikachu et Pokémon: Let’s Go, Évoli sont disponibles en exclusivité sur Nintendo Switch.

Test effectué sur Nintendo Switch sur une version dématérialisée de Pokémon: Let’s Go, Pikachu fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
Enfin un véritable jeu Pokémon sur Switch Deux versions… Fan-Service ?
Des graphismes kawaï… … mais minimaliste surtout en mode TV
Un Kanto vaste et coloré… … mais un peu trop vide
Le lien avec Pokémon GO Impossible de jouer au Pro Controller, rageant !
Le gameplay à la Pokéball Plus… … mais l’accessoire reste trop cher

1 commentaires

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.