Voler comme Iron Man… un rêve de gosse qui devient réalité ? C’est ce qu’on va voir avec Marvel’s Iron Man VR. On enfile le PSVR et on vous dit tout !

Annoncé lors d’un State of Play, Marvel’s Iron Man VR avait suscité l’engouement des fans du super héros multi-milliardaire. Cependant, après un premier test lors de divers salons, le titre de Camouflaj avait refroidit les ardeurs avec une expérience peu enthousiasmante. Malgré quelques mauvais retours, le studio a planché sur son titre et s’est attaqué aux principaux défauts du jeu. Nous allons voir ici si l’expérience en vaut la chandelle.

Dans la peau du célèbre Tony « Iron Man » Stark, nous débutons l’aventure à Malibu Point à proximité de la maison de Tony pour un tutoriel expliquant les bases du vols, du shoot et bien évidemment, les deux en même temps. Le vol s’effectue avec les deux PS Moves que vous devez tenir exactement comme les mains d’Iron Man lors de ses vols, à savoir la paume de la main vers le bas. vous contrôlez les répulseurs via la gâchette du PS Move ce qui vous permet de gérer leurs puissances. Gâchette à fond vous montez, vous relâchez vous chutez. Ainsi, pour avancer, il vous faudra placer vos mains vers l’arrière pour vous propulser vers l’avant et équilibrer avec le poignée pour augmenter votre vitesse ou vous orienter en hauteur. Ce n’est pas évident de prime abord mais on prend rapidement le coup de main. Libre à vous d’utiliser votre répulseur d’une main pour voler et de l’autre pour shooter, ou tout simplement chuter à grande vitesse mais tirer des deux mains. L’armement est évolutif. On commence par de simple shoot de répulseurs et un coup de poing à propulsion, et on en vient rapidement à utiliser de nouveaux gadgets et missiles.

Tant le vol et les phases de shoot sont grisants, tant les séquences à l’intérieur du manoir Stark sont lentes. Les déplacements se font via téléportations, ce qui casse carrément le rythme du jeu (si on oublie les temps de chargement extrêmement longs).

L’histoire vous met en face de Ghost (que l’on a pu découvrir sur grand écran dans Ant-Man et la Guêpe en 2018 sous les traits d’Hannah John-Kamen ; et précédemment dans le jeu Iron Man 2 de 2010). La manufacture d’armes Stark est désormais fermée et Pepper Potts prend les rennes de Stark Industries. Le titre de Camouflaj nous a grandement fait pensé à Blood & Truth de part sa narration. On alterne ainsi les phases de Shoot, les phases au sol et les scènes de narration. Niveau fan-service, les intéressés seront ravis de retrouver Nick Fury mais aussi certains décors du S.H.I.E.L.D.

Côté durée de vie, comptez 8 heures pour venir à bout de l’aventure, ce qui est plutôt conséquent pour un jeu VR. La localisation française est de bonne facture même si on aura voulu retrouver la voix iconique de Bernard Gabay, le comédien qui prête sa voix à Robert Downey Jr.

Pour conclure, Marvel’s Iron Man VR est une expérience VR sympathique mais très perfectible. Même si les phases de vols et de shoot sont terriblement grisantes, il faut avouer que le titre de Camouflaj n’est pas optimisé, alors que le studio n’en est pas à son premier coup d’essai. Malgré les longueurs et surtout les temps de chargement bien trop longs, la bonne durée de vie, son gameplay et son histoire prenante sont des atouts pour un jeu qui aurait mérité un développement plus poussé. 

Marvel’s Iron Man VR est disponible sur PlayStation VR.

Test effectué sur PlayStation VR via PS4 PRO sur une version dématérialisée fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
Voler façon Iron Man, c’est énorme ! Des temps de chargement beaucoup trop longs
Plus qu’une expérience, un vrai jeu Un deuxième tier un peu redondant
Une prise en main rapide et efficace Les phases au sol plutôt barbantes
Les voix françaises… … mais on aurait aimé la voix iconique de Bernard Gabay
Une histoire prenante L’ATH un peu trop présent

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.