Après un spin-off « préhistorique », Far Cry est de retour dans un nouvel opus. Exit les îles paradisiaques et les falaises enneigées du Kyrat, place à l’Amérique du nord et au Montana.

Ubisoft est de retour avec Far Cry 5, nouvel opus de la saga de FPS open-world à succès. Après le succès d’un Assassin’s Creed Origins (Découvrez notre test ici) qui a revu entièrement ses codes, la firme française propose un nouvel épisode. Changement en vue ou pâle copie de l’opus précédent ? Verdict !

L’histoire de ce nouveau Far Cry prend place aux Etats-Unis et plus précisément dans le Montana, un état du Nord du pays proche du Canada. Loin des buildings des grandes cités, la région dans laquelle se passe l’action du titre est un petit coin de paradis entre vastes champs, forêts abondantes et montagnes. Cette région, c’est Hope County, un conté aux prises avec Eden’s Gate, une secte qui voue un culte à un certains Joseph Seed, au grand détriment des habitants de la région qui sont forcés de rejoindre le culte de la famille Seed.

Notre aventure commence par la tentative d’arrestation de Joseph « Le Père » Seed. Tentative qui échouera laissant notre avatar, un ou une jeune marshall, sans armes et obligé de fuir. Les choses s’arrangent à la rencontre d’une cellule de résistance décidée à reprendre ses terres aux mains des Seed.

Comme dans tout bon Far Cry, la découverte de la map se fait en grimpante sur le haut d’une tour. Ne vous inquiétez pas, ça ne sera à faire qu’une seule fois et non pas à répétition comme dans les opus précédents. Les développeurs ont même troller le passage avec un petit commentaire hilarant. Les éléments et missions se dévoilent lors de discutions avec les PNJ ou lorsque l’on trouve des cartes. La map est donc divisée en trois régions principales chacune dirigée par un membre de la famille du Père. Il va donc falloir reprendre chaque région avant de s’attaquer au « Père ».

Côté gameplay, pratiquement aucun changement est à relever. La maniabilité reste identique aux précédents opus. Le changement s’opère juste du côté de l’évolution du personnage qui se rapproche de celle d’Assassins Creed Origins. A l’instar d’Origins, les compétences s’acquièrent via des points de talent obtenus à l’issue de missions ou de défis. Ces défis inclus la chasse et la pêche (petite nouveauté) qui sont relayés au second plan. On ne chasse plus pour se fabriquer des carquois ou des poches à munissions, mais uniquement pour les défis et la revente de peaux… dommage, la chasse était un divertissement important dans la saga. La customisation des armes se fait par l’achat d’accessoires, à savoir que l’argent ne coule pas à flot à Hope County et qu’il va falloir crocheter beaucoup de coffres et trouver de nombreuses caches secrètes pour pouvoir se payer armes et accessoires. Pour les feignants, il y a la possibilité de passer par la case micro-transaction mais on peut facilement s’en passer.

Graphiquement, c’est tout simplement magnifique. Nous avons fait le test sur PS4 Pro, on peut donc vous dire qu’en 4K HDR ce nouveau Far Cry en met plein la rétine et ce, des les premières minutes. L’ouverture de la trappe du premier bunker est assez impressionnante. Les textures sont magnifiques, les effets de lumières sont saisissants. Le travail graphique de l’équipe de Montréal est impressionnant. On regrettera juste le blocage à 30 FPS constant sur consoles.

Un des gros avantages de ce nouvel opus est la coopération. Que ce soit dans l’aventure principale ou dans le mode « Arcade », Far Cry 5 peut se jouer à deux de A à Z à l’instar du quatrième opus. Dommage que la coop se limite à deux joueurs et non pas à quatre comme son grand frère Ghost Recon Wildlands. On notera aussi que cette coop est un soutien au joueur qui héberge la partie. La progression dans l’histoire ne sera que chez lui et pas chez l’invité. Celui-ci ne gardera que stuff, points de talent et armes. Le mode Arcade, quand à lui, ne nous à pas convaincu plus que ça (voir la vidéo en fin d’article), les temps d’attente étant assez élevés et les maps proposées étant assez anecdotique, il va surement falloir que l’on repasse dessus plus tard quand les joueurs auront maîtrisé les outils de création.

Far Cry 5 est bien l’opus que l’on attendait. Si certains joueurs ont été rebutés par l’épisode Primal, cet opus est véritable dans la lignée des précédents. L’histoire est prenante et pleine de rebondissement avec une série de personnage aussi charismatiques les uns que les autres. Joseph Seed est à encadrer aux panthéon des ennemis les plus dingues aux côtés de Vaas et Pagan Min. On notera une certaines redondance en cours de partie mais rien d’étonnant de la part d’un open-world. Le titre arbore des graphismes magnifiques qui font honneur aux « nouvelles » consoles. Même si on peut regretter le côté évasif du Kyrat ou de Rook Island, le Montana s’en sort plutôt bien côté level design. Le gameplay reste inchangé mais pourquoi changer une formule qui marche. En bref, ce cinquième Far Cry est un bon cru qui se bonifiera peut-être avec les prochains DLC totalement WTF annoncés avec le Season Pass.

Far Cry 5 est disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC.

Test effectué sur PS4 Pro sur une édition dématérialisée offerte par l’éditeur.

NOTRE AVIS
Gameplay
Graphismes
Ambiance
Durée de vie
Multijoueur
Article précédentL’agenda Geek de la semaine (du 9 au 15 avril 2018)
Article suivantUbisoft Winnipeg : la firme française ouvre un nouveau studio au Canada

2 COMMENTAIRES

Comments are closed.