Activision et Sledgehammer Games nous proposent cette année Call of Duty : Vanguard, un retour vers la seconde guerre mondiale. Que vaut-il ? Verdict !

Sledgehammer Games est de retour aux commandes de ce nouvel opus de la franchise Call of Duty. Exit guerres modernes, la guerre froide et autres, retour à la seconde guerre mondiale pour cette mouture annuelle. Rappelons que le studio nous avait déjà offert l’excellent World War II en 2017.

La campagne de Vanguard sort des sentiers battus et propose une aventure hors des fronts habituels. Europe de l’Ouest, Pacifique, Afrique… la campagne nous embarque sur presque tous les continents vers la fin de la Guerre. Nous avons donc droit à une histoire fictive qui prend place après la mort du Führer lançant son armée en roue libre. Les nations alliées ayant eu vent d’un mystérieux projet pouvant aider à la création d’un nouveau Reich, une équipe d’élite est mise en place composée des meilleurs combattants des plusieurs nationalités.

Graphiquement nous avons enfin droit à un véritable jeu Next-Gen. Le titre est très beau, avec des effets impressionnant et une fluidité au petits oignons. De plus, les cinématiques sont bluffantes et les passages alternants CGI et Gameplay sont parfois invisibles. Seul bémol, la modélisation des visages avec des expressions faciales un poil rigides.

Côté gameplay, nous avons droit au grand classique de Call of duty. Efficace, intuitive et « habituelle », la prise en main est rapide. Le titre nous propose également de prendre les commandes d’avions, ce qui est un plus. On notera également la possibilité de détruire certaines partie du décor, petite nouveautés non négligeable. Pour les possesseurs de PlayStation 5, le jeu tire parti de la DualSense via les gâchettes adaptatives. Cependant, les vibrations haptiques ne sont pas véritablement présentes. Il va falloir un petit moment avant que les studios se fassent à cette nouvelle technologie.

Comme dans la plupart des titres de la licence, le mode solo se boucle trop rapidement. Comptez six à sept heures pour boucler la campagne. Mais le plus gros de la durée d’un « call of » vient bien évidemment du mode multijoueur et du mode Zombies où on ne compte plus les heures.

Le mode multijoueur des Call of Duty est légendaires. Plébiscité par les uns, décrié par les autres, ce mode reste une valeur sûr pour s’amuser entre amis ou avec des inconnus en ligne. Cette année, Sledgehammer Games propose quelques petites nouveautés avec les modes Patrouille (qui donne des sueurs froides aux campeurs) ou encore Champions de la colline, qui propose un combat en coopération à deux face à des vagues d’ennemis avec un nombre limité de vies (communes). Pour le moment, une vingtaines de maps sont disponibles. D’autres arriveront par la suite avec les différentes saisons de Warzone, qui est de retour. Le mode Zombie est bien évidemment de retour mais ne brille pas par ses nouveautés.

Pour conclure, Call of Duty: Vanguard sort des sentiers battus en proposant une campagne prenante accompagnées de graphismes aux petits oignons. Le mode multijoueur est beaucoup plus profond et propose de nouveaux modes plutôt sympathiques. Le mode Zombies, lui, ne nous aura pas marqué plus que ça. Une bonne mouture annuelle pour la franchise à succès d’Activision.

Call of Duty: Vanguard est disponible sur PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series X/S, Xbox One et PC via Battle.net.

Test effectué sur PS5 sur une version dématérialisée fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
Une campagne prenante et immersive… … mais trop courte
Enfin des graphismes digne de la next-gen Un mode Zombie pas très passionnant
Un mode Multijoueur qui rend accro Très peu de nouveautés

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.