Riot Games et Ubisoft ont annoncé le projet de recherche « Zero Harm in Comms » : un partenariat visant à améliorer la portée de leurs intelligences artificielles qui permettent de lutter contre les interactions néfastes entre joueurs.

Cette initiative a pour objectif de mieux entraîner les outils de modération préventive basés sur l’IA qui détectent et désarment les comportements nocifs, en créant une base de données commune à toute l’industrie et un écosystème qui recueille les données en jeu.

Membres actifs de la Fair Play Alliance, Ubisoft et Riot Games sont convaincus que la création d’expériences en ligne constructives et sûres ne sera possible que grâce à une action collective et un partage des connaissances. Cette initiative s’inscrit dans le prolongement d’une démarche plus large des deux sociétés visant à créer des environnements de jeu favorisant des expériences sociales plus gratifiantes et évitant les interactions néfastes.

« Les comportements disruptifs sont un problème que nous prenons très au sérieux, mais qui est également particulièrement difficile à résoudre. Chez Ubisoft, nous travaillons à des mesures concrètes pour assurer des expériences sûres et enrichissantes, mais nous pensons qu’en mobilisant différents membres de l’industrie, nous pourrons régler ce problème de manière encore plus efficace », assure Yves Jacquier, Directeur Exécutif chez Ubisoft La Forge. « Grâce à ce partenariat technologique avec Riot Games, nous explorons d’autres approches pour mieux empêcher la toxicité en jeu, en tant que concepteurs de ces environnements, avec une liaison directe vers nos communautés. »

Avec « Zero Harm in Comms », Ubisoft et Riot Games explorent les fondations d’une collaboration future et transversale à toute l’industrie, en créant le cadre qui garantira le respect de la vie privée des joueurs et l’utilisation éthique des données. Grâce aux jeux très compétitifs de Riot Games et au catalogue très varié d’Ubisoft, la base de données générée devrait couvrir un très large éventail de profils de joueurs et de comportements pour mieux entraîner les intelligences artificielles de Riot Games et d’Ubisoft.

« Les comportements perturbateurs ne sont pas un problème propre aux jeux. Toute entreprise qui possède une plateforme sociale en ligne cherche à régler ce sujet de contentieux. Voilà pourquoi nous sommes décidés à travailler avec des partenaires comme Ubisoft, qui veulent créer des communautés sûres et encourager des expériences positives dans les espaces en ligne », déclare Wesley Kerr, Head of Technical Research chez Riot Games. « Ce projet n’est qu’un exemple de notre détermination générale et du travail que nous effectuons chez Riot pour développer des systèmes permettant des interactions saines, sûres et inclusives dans nos jeux. »

Le projet de recherche « Zero Harm in Comms », bien qu’étant encore à ses débuts, est le premier pas d’un projet transversal ambitieux qui devrait ultimement bénéficier à toute la communauté de joueurs. Dans le cadre de l’exploration préparatoire de ces recherches, Ubisoft et Riot Games partageront les leçons de leur première phase d’expérimentation avec toute l’industrie l’an prochain, quel qu’en soit le résultat.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.