Après 6 opus et plusieurs remake et prequel, SEGA propose Yakuza: Like a Dragon, un épisode qui change la donne. Que vaut-il ? Verdict !

Si on compte les spins off, le studio Ryu Ga Gotoku nous a proposé plus d’une dizaine d’épisodes de Yakuza, Like a Dragon nous met cette fois dans la peau de Ichiban et va essayer de nous proposer beaucoup de nouveautés.

Nous allons donc suivre l’ascension de ce nouveau héros qui va enfiler le costume de remplaçant de Kiryu qui aura bien mérité sa retraite dorée.

Au début de l’histoire, on commence en tant que simple homme de main au sein de la famille Arakawa du clan Tojo, notre yakuza débutant part donc récupérer de l’argent auprès des débiteurs.

On se retrouve dans le quartier bien connu de Kamucho pour tous les fans de la saga. On reprend vite ses habitudes pour se balader, discuter avec les gens du quartier (qui permet d’améliorer ses capacités, intelligence, gentillesse, charisme, etc), visiter un peu les boutiques et punir les malfrats qui vous importunent.

Puis l’histoire prend un tournant, on doit aller en prison, accusé de meurtre à la place d’un des lieutenants de la famille et on sort 18 années après, tout a changé, notre héros est perdu, les règles ne sont plus les mêmes et on se retrouve seul contre tous…

Le jeu qu’on connaissait bien, décide de faire peau neuve, après 3 à 4 heures de prologue qui nous laissaient en terrain connu, on se retrouve plonger maintenant à Yokohama avec des nouveaux quartiers et non plus à Tokyo, de plus beaucoup de changements dans le gameplay qui se veut très RPG (avec des combats au tour par tour dynamique, le héros étant fan de Dragon Quest et se présente souvent plus comme un héros que comme un mafieux), les missions se passent parfois dans des donjons souterrains et on affronte des Boss de fin de niveau (bon ça encore, on avait l’habitude).

Oui, des combats au tour par tour qui nous demandent de choisir entre attaque, parade et coups spéciaux, si ça déstabilise un peu au début, c’est vraiment un plaisir au bout de quelques minutes, on s’y habitue très vite et les mouvements de caméra donnent de jolis effets pour rythmer le tout.

Pareil au niveau du menu principal, on peut améliorer son équipement et ses aptitudes (force, vitesse, défense, etc) grâce à l’expérience gagnée après chaque combat.

On peut aussi monter sa propre équipe comme dans un Final Fantasy ou un Dragon Quest, un vrai plaisir, car à la place des chevaliers et des mages, on a des flics, des malfrats ou d’anciens amis avec des gueules sorties d’un film de Kitano.

Le jeu propose aussi des nouveautés du côté des quêtes ou des jeux, les célèbres bornes d’arcade de SEGA (Game Hover, Space Harrier ou Virtua Fighter) sont jouables mais on a aussi du pachinko, du kart, etc.

Avec l’histoire principale et les quêtes variées, vous en aurez pour plus de 40 heures de jeu et surtout de plaisir.

Pour conclure, Yakuza: Like a Dragon est un jeu complet, surprenant pour les habitués de la saga Yakuza mais tellement un plaisir ce nouvel opus, la qualité d’écriture du scénario, les cinématiques ou les acteurs sont toujours au top. Certainement le GOTY pour celui qui écrit cet article.

Yakuza: Like a Dragon est disponible sur PlayStation 4, Xbox One, Xbox Series X, Xbox Series S, Windows 10, et Steam. La version PlayStation 5 sera disponible le 2 mars 2021.

Test effectué sur PS4 sur une version dématérialisée fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
La direction artistique digne d’un film Une difficulté par pallier un peu exaspérante par moments
Les musiques qui vous accompagnent au top
La qualité des voix des acteurs japonais
Les sous titres en Version Française disponibles

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.