Alors que The King of Fighters XV tarde à sortir, SNK nous propose une autre de ses licences phares : Samurai Shodown. Que vaut le retour du tranchant Fighting Game de la Neo Geo ? Verdict !

Les amateurs de jeux de combats adeptes de l’arcade ont bien connu la licence Samurai Spirits dans les salles ainsi que dans les salons notamment grâce à la légendaire console Neo Geo. Sorti en 1993, le titre proposait des combats très dynamique à l’arme blanche, ce qui était très rare pour l’époque (notez que Soul Edge – l’ancêtre de Soul Calibur – ne sortait que deux ans plus tard). 14 ans après son dernier épisode, Samurai Shodown est de retour ! Préparez vos katanas et vos sabres, ça va trancher !

Le jeu nous propulse en 1787, au Japon de l’ère Tenmei. Le pays entier est en proie à un fléau terrible et menaçant. Le feu, les ruines et la famine sévissent partout au Japon. Pendant ce temps, au fur et à mesure que ces événements se déroulent, un sinistre nuage enveloppe l’air d’un sentiment d’appréhension inquiétante. Shizuka Gozen, l’esprit décédé d’une jeune femme possédée et emprisonnée dans Yomi menace de détruire le Japon. Des guerriers du Japon et au-delà de l’océan, motivés par leurs propres besoins et désirs, convergent pour enquêter sur ces forces perverses et les vaincre.

Graphiquement, le titre arbore un design qui n’est pas sans faire penser à Street Fighter IV avec ses taches d’encres, ses ombres en traits et tout ce qui rappelle la peinture traditionnelle japonaise. Entre cellshading et manga, le charadesign fait mouche, c’est parfait. Le titre est fluide, nous n’avons pas eu de ralentissement quelconques ou de grosses chutes de framerate. Le sang est très bien modélisé, et pour y en avoir il y en a beaucoup. A l’instar d’un Mortal Kombat, Samurai Shodown est très sanglant et les litres d’hémoglobines coulent à flot.

Côté gameplay, les habitués ne seront pas dépaysés. En revanche, les novices devront s’accrocher car Samurai Shodown est rigoureux et chaque coup bien placé peut vous apporter rapidement une victoire ou une défaite. Privilégiez donc la technique plutôt que l’approche bourrine.

Le titre propose un grand nombre de personnages, et, reboot oblige, d’anciens combattants sont de retour ! Haohmaru, Genjuro, Ukyo… c’est un plaisir de retrouver tout ce petit monde avec bien évidemment de nouvelles têtes, avec une roster qui compte 16 combattants de base. A noté que le Season Pass était gratuit pour les joueurs ayant précommandé ou acheté le jeu dans les premiers jours de sa sortie.

Côté modes, le jeu est assez bien fournis tout en restant dans le traditionnel avec le mode Story, un mode Dojo proposant des combats contre l’IA, le mode Combat qui regroupe le PVP, le Time Trial, le Survival et le mode Tournament. Bien évidemment, les modes Training et Online sont présent avec pour ce dernier des matches classés qui mettront vos nerfs à rude épreuve.

Contrairement à KOF XIV qui avait subit un faux-départ et une SNK Heroines: Tag Team Frenzy assez timide, Samurai Shodown réussi son entrée en proposant un reboot très sympathique. La 2,5D est désormais bien maitrisée par SNK et le rendu finale propose des combats dynamiques et très techniques. Malgré les temps de chargement un peu trop longs, Samourai Shodown est un véritable plaisir que l’on soit de la vieille école ou un nouveau challenger !

Samurai Shodown est disponible sur PlayStation 4 et Xbox One. Les versions Nintendo Switch et PC ont été annoncées pour la fin d’année.

Test effectué sur PS4 PRO sur une version dématérialisée fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
Enfin un veritable épisode de Samurai Shodown Graphiquement inégal sur certains points
Un gameplay efficace Les temps de chargement qui cassent le rythme
Le charadesign au top
Un roster bien fourni
Gore à souhait

1 commentaires

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.