10 ans après Sakura Taisen V, Sakura Wars est de retour avec nouvel épisode sur Playstation 4. Que vaut donc ce nouvel opus de la saga ? Verdict !

Sakura Wars (ou Sakura Taisen au Japon) est une licence chère aux cœurs des fans de SEGA qui ont pu s’y consacrer des centaines d’heures sur les premiers épisodes à la fin des années 90 sur les consoles Saturn puis début 2000 sur Dreamcast.

Un jeu mêlant à la fois action, stratégie et harem dans un Japon féodal de l’ère Taisho qui a fusionné avec un univers steam punk (tradition et modernité, vous connaissez la chanson), que demander de plus.

En lançant le jeu, on a le droit à un remake entrainant de l’opening qui est pratiquement identique à l’animé qui passe en ce moment sur Wakanim (à voir après le jeu vidéo pour ne pas être spoilé).

D’ailleurs, Tite Kubo (mangaka de Bleach) et Masashi Kudō (character designer de l’anime de Bleach) travaillent sur cet épisode et ça se ressent aux vues des dessins par rapport au travail de Kosuke Fujishima (Ah my goddess, saga des Tales of) sur l’ancienne série de jeux.

Dans cet épisode qui a lieu 10 ans après la grande guerre qui avait laissé un Tokyo ravagé, nous incarnons Seijuro Kamiyama, membre la marine impériale japonaise (aucun lien de parenté avec la série One Piece), fraichement débarqué à Tokyo dans le quartier de Ginza.

Il a rendez-vous au grand théâtre impérial avec Sumire Kanzaki ancien membre de la brigade des fleurs de la troupe impériale, celle-ci va lui demander de prendre en charge les nouveaux membres et de redorer le blason d’une équipe en perte d’efficacité et démotivée par l’accumulation d’échecs laissant la défense de la ville à la troupe de Shanghai.

Nous faisons donc la connaissance des premiers membres de l’équipe dont Sakura Amamiya, amie d’enfance de Seijiro et grande fan de Sakura Shinguj, la meilleure guerrière de tous les temps.

A partir de là, l’histoire sera chapitrée comme des épisodes d’anime avec en conclusion son célèbre « dans le prochain épisode ».

Nous avons donc plusieurs quêtes à remplir, remonter le moral des troupes, combattre les ennemis du Japon et faire en sorte que le grand théâtre impérial récupère son aura d’avant.

Pour les combats, à différents moments, Tokyo subira les assauts des démons venus d’un autre monde et vous devrez alors monter dans votre robot de combat (ou Spiricle Striker), là on passe en mode « action ». Vous affronterez des ennemis par vague et souvent tout se terminera par un Boss de fin, du classique mais vous pilotez un robot, vous pouvez vous déplacer dans toutes les directions, vous avez accès à un dash, un double saut, un tir normal, un tir puissant et une super attaque qui s’obtient en remplissant une jauge, d’autres capacités arriveront au fil de l’histoire. Vous dirigez en premier lieu le Mugen de Seijuro mais vous pouvez aussi switcher avec ceux de vos partenaires qui auront souvent leurs propres aptitudes (tir de loin, tir puissant, etc).

Entre chaque phase de combat, vous serez surtout menés à vous déplacer entre plusieurs lieux de Ginza et le grand théâtre impérial qui vous servira de quartier général avec sa boutique, les chambres des membres de votre escouade, la grande scène pour la représentation des spectacles, etc.

C’est aussi à ce moment que vous allez pouvoir interagir avec les autres personnages, ils vous donneront des quêtes classiques à résoudre (à bas de « aller chercher » ou « rendez-vous ici ») et aussi des échanges à choix multiples et interactifs (LIPS), tout ceci pour monter votre jauge de confiance mais aussi peut être pour sortir avec l’une des protagonistes (waifu mode activé), grosse préférence pour Anastasia <3.

Pour les amateurs de la licence, comme pour les fans de bon jeu palpitant, des animes de Kenshin dans un univers steam punk ou que sais je, je ne peux que conseiller de tester et de jouer à ce Sakura Wars, on s’amuse énormément, on passe du bon temps (de confinement) dessus. A quand une suite.

Sakura Wars est attendu pour le 28 avril 2020 sur PlayStation 4.

Test effectué sur PS4 sur une version dématérialisée fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
Le Chara-Design superbe La Dreamcast n’existe plus
Les sous titres en VF Cet opus est un peu moins poussé que les précédents au niveau du scénario
Les différents modes de jeu
Les personnages attachants
Les cinématiques qui vous mettent dans l’action
Le jeu supplémentaire de Hanafuda Koi-Koi où on peut y passer des heures

1 commentaires

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.