21 ans après, Resident Evil 2 est de retour avec un remake de toute beauté, mais… simple lifting ou remaniement total ? Verdict !

Grand classique horrifique de la fin des 90’s, le second opus de la saga Resident Evil est donc de retour dans un remake très attendu par les fans. Et le mot remake est assez faible quand on voit le travaille accomplit par les équipes de Capcom. On pourrait même dire que ce Resident Evil est un nouveau jeu « inspiré » par le titre sorti en 1998.

Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de ce second volet, Leon S. Kennedy, une jeune recrue de la Police de Raccoon City, est en route pour son premier jour. Arrivé aux abords de la ville, il est attaqué par des zombies et sauve in-extremis Claire Redfield, une étudiante à la recherche de son frère Chris (Co-héros du volet précédent). Tout deux se mettent en direction de la ville et se retrouvent séparés lors d’un accident. Commencent ainsi les quêtes de nos héros. On arrête là pour ne pas spoiler les nouveaux arrivants.

Graphiquement, le titre nous en met plein les yeux, RE Engine oblige. Le moteur graphique maison de Capcom, utilisé pour Resident Evil 7: Biohazard et prochainement pour Devil May Cry V, est une pure merveille avec ses textures photo-réalistes. Chaque détail est minutieux, du textile au moindre rictus sur le visage, c’est tout simplement bluffant. La texture de la peau est merveilleusement bien modélisée des humains jusqu’au zombies où l’on voit la décomposition et la chaire pendouiller. La physique de la peau et des corps est aussi impressionnante quand les zombies prennent des balles. Les visages se décomposent sous les coups de feux et les corps se démembrent avec une infinie de détails qui rend admiratif. Os, chaire, tendons, muscles… tout est là !

Pour les décors, le passage de plan fixe à caméra dynamique passe très bien. Ceux-ci sont véritablement beaux et fidèle à l’oeuvre originale. Rien que le premier coup d’œil dans le commissariat fait verser une petite larme de nostalgie aux joueurs qui se sont déjà risqués il y a 21 ans (oui déjà !) dans les rues de Raccoon City. A la différence du modèle de 98, qui avait été décrier par les fans du premier opus comme trop basé sur l’action, ce remake retour à la base de la saga… la peur. Beaucoup de lieux sont plongés dans l’obscurité ne laissant que notre lampe torche comme seul moyen d’éclairer la pièce. L’appréhension et la peur avant d’ouvrir une porte est palpable dans tous les recoins. On notera qu’en fonction de l’éclairage et le nombre de détail à l’écran, il peut arriver d’avoir quelques ralentissements, même sur PS4 PRO.

Mais l’obscurité n’est pas le seul facteur de peur. La musique tient une part importante. Celle-ci est très bien orchestrée mais plutôt rares pour laisser place aux bruitages lugubres. A savoir que les musiques de l’opus original sont disponibles en DLC. De plus, à l’instar des deux derniers épisodes, Resident Evil 2 Remake est entièrement doublé en français avec Anatole de Bodinat (plus connu pour être la voix de James Franco) dans le rôle de Leon et Kelly Marot (voix française de Jennifer Lawrence) dans celui de Claire. Pour les francophobes, les voix US sont disponibles.

Manette en main, la jouabilité a été entièrement remaniée pour concorder avec les standards actuels de TPS. Il est vrai que la maniabilité d’antan du titre aurait fais hurler la nouvelle génération de joueurs, et même les plus anciens, désormais habitués à une jouabilité plus perfectionnée. Elle est désormais plus proche du quatrième opus avec le système de visée à l’épaule. Seul bémol, on ne peut pas switcher d’épaule pour tirer ce qui est dommage suivant l’angle dans lequel le monstre ou zombie se situe.

La malle et l’inventaire ont été légèrement modifiés pour être moins contraignants que dans l’opus original. On peut ainsi plus facilement combiner les objets et jeter les objets inutiles à n’importe quel moment. Il n’est donc pas nécessaire de trouver une malle pour se débarrasser d’une clé qui n’est plus utile. La machine a écrire est aussi de retour pour les sauvegardes. Il n’est désormais plus nécessaire de partir à la chasse aux rubans encreurs pour pouvoir sauvegarder, sauf si vous avez choisi la difficulté au maximum. Les joueurs choisissant le mode facile auront la possibilité de sauvegarder indéfiniment et même d’avoir une option de ciblage automatique.

Côté durée de vie, le titre profite d’une bonne (double) quête principale avec une bonne replay value avec deux modes supplémentaires. Comptez 8 heures par scénario et quelques heures de plus avec les modes The 4th Survivor et The Tofu Survivor.

Avec Resident Evil 2 (Remake), Capcom a su réinventé son propre jeu en tenant compte des différents défauts dont les opus récents ont souffert (mis à part le septième qui est relativement différent). La peur est de retour et ce n’est pas sans nous déplaire. Graphiquement, nous avons droit à une petite perle de beauté et de fluidité. Capcom ne s’est pas contenter de nous pondre une énième compilation retro et nous propose une leçon de « Remake ». Effrayant et jouissif, ce remake est un must-have à posséder absolument dans sa ludothèque. Vivement le troisième opus !

Resident Evil 2 est disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC.

Test effectué sur PS4 PRO sur une version dématérialisée fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
Graphiquement sublime La visée un peu gênante suivant l’angle de tir
Un véritable remake Quelques petits bugs par-ci par-là
Angoissant au possible
Les doublages en français

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.