Alors que Yakuza a pris une retraite temporaire, Kazuma Kiryu cède sa place à Takayuki Yagami avec Judgment, un savant mélange entre Ryu ga Gotoku et Ace Attorney.

Après six opus et une préquel de la franchise Yakuza, Ryu ga Gotoku Studio est de retour avec une nouvelle franchise : Judgment. Exit Kazuma Kiryu le Yakuza au grand coeur, place à Takayuki Yagami, un ancien avocat reconvertit en détective privé aux manières très musclées. Nous avons beau changer de franchise, on reste sur les bases du studio japonais en restant dans les quartiers très animé de Kamurocho. Graphismes, charadesign, lieu, gameplay… aux premiers regards Judgment peut sembler être un Spin-off de la saga Ryu ga Gotoku.

Pour la petite histoire, Takayuki Yagami est un avocat très talentueux pour ne pas dire un génie. N’ayant jamais perdu un procès, le jeune homme se retrouve à défendre un criminel et gagne bien évidemment le procès. Celui-ci en liberté récidive en tuant sa petite amie. Discrédité par son manque de moralité, Yagami abandonne son travail d’avocat pour devenir détective privé à Kamurocho.

Côté gameplay, on a affaire à un Yakuza-like de fond en comble. Les mécaniques de combats sont très proches, même si notre héros utilise des techniques de combat très différentes de Kiryu. Les points et les pieds fusent lors des échauffourées contre les petites frappes du quartier, ce qui fait un bien fou ! Un véritable défouloir et surtout un vrai plaisir de combiner les différentes possibilités de jeu. D’un autre côté, la furtivité prend aussi une grande place dans Judgment. Yagami prend en filature certains suspects et/ou coupables dans des scènes, certes très scriptées mais assez prenant pour ne pas dire angoissantes. Notre personnage pourra par moment même se déguiser ou utiliser un drone pour arriver à ses fins. Les ennemis prendront parfois la fuite, ce qui activera une scène de course-poursuite très énergique quoiqu’un peut répétitive et surtout très linéaire. Mais d’autres facettes de Judgment sont intéressantes comme la vision détective sur les scène de crime ou encore le crochetage de serrure.

Graphiquement le titre est superbe, à l’instar de ses grands frères Yakuza 6 et Yakuza Kiwami 2. Kamurocho est magnifique et les jeux de lumières sont bluffants. Comme toujours, les visages sont réalistes à l’extrême, on reconnait bien les traits de Takuya Kimura (qui incarne Takayuki Yagami), mais aussi certains comédiens qui prêtent leur apparence. On notera quelques ralentissements en fonction du nombre de personnages à l’écran, mais en général c’est relativement rare, surtout sur PS4 PRO.

Comptez 25 à 30 heures de jeu pour arriver à bout de l’aventure en sachant que bon nombre d’heures seront passées en dialogue (qui parfois semblent interminables). Kamurocho est désormais dans l’ère du temps puisse qu’on évolue désormais de nos jours avec nos habitudes et la technologie. On retrouve bien évidemment les grands classiques comme le Bowling, le Baseball, ou encore les SEGA Centers qui proposent un grand nombre de titres comme Virtua Fighter 5, House of the Dead ou encore Fighting Vipers pour ne citer qu’eux. Tout ça pour vous dire qu’on se perd facilement dans les quêtes annexes et les activités. (NDLR : j’ai du perdre 4 heures de jeu dans les salles d’arcades).

Perçu comme un spin-off, Judgment n’en est pas moins un excellent jeu qui, certes reprend l’apparence et les lieux de son aînée, offre de nouvelles mécaniques et surtout sort du contexte de la mafia. Notez que le titre est « enfin » disponible avec des sous-titres français, une demande de longue date des fans. C’est un fait assez rare que nous sommes obligé de citer et surtout de saluer (merci SEGA !). Le titre de Ryu ga Gotoku vous tiendra en haleine un bon bout de temps grâce à son histoire principale et sa foule d’activité annexe. Je n’ai qu’une seule chose à dire « Vivement la suite ! »

Judgment est disponible en exclusivité sur PlayStation 4.

Test effectué sur PS4 PRO sur une version physique fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
C’est beau !… …Malgré quelques ralentissements
Une histoire prenante… …Mais vraiment beaucoup trop de parole
Une gameplay toujours aussi addictif L’infiltration, plutôt moyen
Une bonne durée de vie avec de nombreuses quêtes annexes Un peu trop linéaire
Un plaisir de retrouver Kamurocho… …même si on aurait voulu du nouveau

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.