Le jeu Cuphead est sorti à l’origine en septembre 2017. Après le succès de la série animée disponible sur Netflix depuis février 2022, le jeu est désormais disponible dans une version physique sur PlayStation 4, Nintendo Switch et Xbox One. Une bonne occasion pour tester ce jeu si vous ne le connaissiez pas !

Cette édition comprend le DLC ‘The Delicious Last Course’, 6 cartes à collectionner Cuphead Funnies, une carte de membre du club Cuphead et un visuel exclusif du Studio MDHR.

Cuphead

L’HISTOIRE

Sur l’Île Aquarelle vivent Cuphead et son frère Mugman — prenant tous deux l’apparence de tasses anthropomorphes —, deux enfants grandissant sous l’œil vigilant du Sage Samovar. Malgré ses avertissements, les frères s’éloignent de la maison et pénètrent dans le casino du Diable où ils commencent à jouer au craps.

N’écoutant que l’appât du gain, Cuphead finit par perdre au jeu, et doit son âme au diable. Celui-ci propose donc un marché aux deux frères : récolter toute une liste d’âmes pour son compte, en échange de leur vie. Evidemment les âmes en question sont encore accrochées à leur enveloppe corporelle, et sont bien décidées à le rester. Il faudra donc les battre, et ce ne sera pas chose aisée !

Vous êtes fan des vieux cartoons à la Steamboat Willie ? Qu’a cela ne tienne, Cuphead vous plonge dans un style dessin animé des années 30 ! Le jeu a été designé à l’ancienne : dessin à la main, image par image. Un vrai plaisir nostalgique.

Les personnages sont tous aussi délurés les uns que les autres. On retrouve notamment :

  • Cuphead, le personnage antonyme, le plus casse-cou des deux frères
  • son frère Mugman, beaucoup moins téméraire
  • leur meilleure amie fantôme Calice, malicieuse
  • le grand-père Samovar (que l’on retrouve dans le dessin animé en tant que Papy Bouilloire)
  • le diable
  • la Couenne, le vendeur qui vous fournira certains objets et compétences au fil du jeu
  • et tout un tas d’ennemis plus ou moins fous (une carotte géante, une fleur sauvage, un pirate, une sirène…)

 

DES NIVEAUX À RECOMMENCER 10, 20, 50 fois…!

Question gameplay, il va falloir s’armer de patience afin de battre tous les boss et récolter tous les âmes pour le Diable. Véritable « die and retry« , chaque boss a ses propres patterns qu’il faudra maîtriser, mais aussi faire preuve d’une certaine dextérité pour en venir à bout. Et pour ajouter une couche supplémentaire de difficulté, l’ordre de ses attaques change à chaque fois que l’on échoue et recommence le niveau. Rien ne sert donc d’apprendre les patterns par cœur, ils ne serviront que pour anticiper les attaques. On a dit que le jeu était compliqué ?

Chaque niveau est composé de 3 « chapitres » qui sont matérialisés par une barre de progression lorsque vous échouez. Vous pouvez donc savoir à quelle progression vous êtes arrivé, avant de perdre votre dernière vie. Ceci dit, pour la plupart, les chapitres sont faciles à déceler. Voire il s’agit tout simplement de 3 ennemis à affronter (comme pour le potager, où on affronte une patate géante, puis un oignon, et enfin une carotte).

Si le niveau vous parait trop compliqué, vous pouvez choisir de partir en mode facile. Cela permettra de n’avoir que 2 chapitres au lieu de 3. Malheureusement cela ne permettra pas de capturer l’âme en question, et donc de s’acquitter de votre dette envers le Diable. Cela retire un côté frustrant pour continuer le jeu, s’il vous parait trop compliqué. Cependant, le quatrième (et dernier) monde n’est accessible qu’avec tous les contrats en poche. Il faudra donc revenir jouer les niveaux non « terminés », une fois plus aguerri. (Les niveaux peuvent être recommencés autant de fois que l’on souhaite).

Evidemment, on ne part pas nu au combat. Cuphead et Mugman possèdent 3 vies pour commencer, ainsi qu’une attaque classique longue portée. Et au fur et à mesure des ennemis vaincus et des niveaux enchaînés, on amasse un certain nombre de pièces qui nous servent à acheter des accessoires et compétences utiles chez La Couenne : une vie en plus, une attaque plus puissante… Des bonus qui ne seront pas de trop pour venir à bout de tous les ennemis !

EN BREF…

Si Cuphead a un design très enfantin, il n’en est rien concernant la difficulté du jeu. Un shoot arcade en mode « die and retry », le nombre de morts avant de battre un ennemi sera très certainement important. Il est à mettre entre les mains de joueurs aguerris (ou a minima patients et persévérants !). Si Cuphead est complètement dessiné à la main, cela n’entache en rien à la fluidité du jeu. Un vrai plaisir nostalgique de retrouver un dessin aux styles de vieux cartoon, dans lequel on la possibilité de prendre part à l’aventure !

 

Test effectué sur Nintendo Switch, version physique
 

Les Plus Les Moins
Design vieux cartoon
Magnifique direction artistique
Très bon gameplay, et difficile … mais qui peuvent décourager certains joueurs
Très bonne variété d’univers et ambiances
NOTRE AVIS
Graphismes
Gameplay
Ambiance / Histoire
Durée de vie
Article précédentHogwarts Legacy : L’héritage de Poudlard s’offre un trailer CGI
Article suivantDarby and the Dead : une date de sortie pour le film Disney+
test-cuphead-la-tasse-qui-rend-fouSi Cuphead a un design très enfantin, il n'en est rien concernant la difficulté du jeu. Un shoot arcade en mode "die and retry", le nombre de morts avant de battre un ennemi sera très certainement important. Il est à mettre entre les mains de joueurs aguerris (ou a minima patients et persévérants !). Si Cuphead est complètement dessiné à la main, cela n'entache en rien à la fluidité du jeu. Un vrai plaisir nostalgique de retrouver un dessin aux styles de vieux cartoon, dans lequel on la possibilité de prendre part à l'aventure !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.