Après une excursion durant la Der des Ders, Electronic Arts et DICE s’attaquent à la seconde guerre mondiale avec Battlefield V. Simple suite logique du précédent opus ou épisode novateur ? Verdict !

Deux ans après Battlefield 1, qui se passait durant la Grande Guerre, l’intrigue et l’action de ce nouvel opus prend donc place durant la seconde guerre mondiale.

Contrairement à son « adversaire » Call of Duty: Black Ops 4, ce nouveau Battlefield conserve son mode solo, pour le plus grand plaisir des joueurs « allergiques » au multi. Les Récits de Guerre, une nouvelle approche du solo de ce nouveau Battlefield, propose d’incarner plusieurs soldats de plusieurs camps différents. En Afrique du Nord en incarnant un soldat britannique, en Norvège avec un soldat de la résistance Norvégienne et un soldat sénégalais dans le Sud de la France, envoyé au Front représentant des tristement célèbres « Chair à Canon ». Seul bémol des Récits de Guerre : Ils sont extrêmement courts ! Comptez 6 heures grand max pour boucler les trois chapitres. On ne pensait pas que DICE pouvait faire plus court que la campagne de Star Wars Battlefront II, et… si.

Un point assez dérangeant aussi vient au niveau de la localisation française. DICE a fait le choix de ne pas doubler le titre en intégralité. Les passages avec les soldats britanniques sont en anglais, de même pour les soldats norvégien. Seul les soldats Sénégalais parlent en français, avec un accent assez fort. L’immersion est peut-être totale mais c’est dommage pour les joueurs qui apprécient habituellement les localisations totales.

Dans les grandes lignes Battlefield V reste quasiment identique à son prédécesseur. Graphiquement, les deux titres se valent tout comme Star Wars Battlefront II qui utilise le même moteur graphique (qui fait des merveilles il faut l’avouer). C’est très beau et toujours aussi impressionnant, tant dans les textures que dans la gestion des éclairages qui est bluffante au possible. Le Frostbite Engine montre ici qu’il en a encore dans le ventre alors que celui-ci vient de souffler sa dixième bougie. Les environnements sont bien représentés, mention spéciale pour la neige en Norvège ou encore le désert Marocain.

On notera tout de même quelques bugs de collisions notamment dans la gestion des sauts ou certains murs invisibles quand on joue en multi. Et même quelques ralentissements, ce qui est relativement rare dans les expériences multi poussées comme BFV. Mais il faut être indulgent, les mises à jour correctives sont légions pour proposer une meilleure expérience multi.

Cette expérience multijoueur justement qui fait le charme et la marque de fabrique de Battlefield depuis 2002 (oui, oui, 16 ans). Cet opus met en avant le côté coopératif des assauts. Le travail d’équipe est primordial avec le retour du système de classe, inspiré des MOBA toujours aussi bien pensé. A la sélection des classes, il faut bien s’entendre avec son équipe et surtout bien choisir son type de jeu en fonction de ses collègues. Il faut rester en groupe et coordonner ses actions en fonction du groupe. Ce qui n’est pas une mince affaire quand on tombe sur un membre casse-cou. On ne joue pas à Battlefield comme on joue à Call of Duty. L’écart est grand et il se creuse encore plus avec ce cinquième opus. Le gros test étant effectué sur la partie solo, nous ne nous sommes pas attardé sur le multi au delà de quelques heures de jeu. Nous n’évoquerons donc pas ce mode plus en détail.

Pour conclure, Battlefield V est un peu un épisode 1.5 de l’épisode One. Graphiquement proches tous les deux, le titre fait office de mise à jour premium avec un solo à la durée anecdotique. Seul le multijoueur tire le titre vers le haut avec sa structure solide. Un titre a conseiller aux fans de la franchise et aux adeptes du multi coopératif. Si vous êtes un féru de jeu solo ou un soldat aux méthodes solitaires, passez votre chemin. A l’instar de Call of Duty: Black Ops 4, le Multi est le GROS du titre en somme.

Battlefield V est disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC.

Test effectué sur PS4 PRO sur une version physique fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
MA-GNI-IFQUE, des graphismes somptueux Un personnage lourd et assez rigide
La coopération enfin de retour Quelques bugs
Le mode Grandes Opérations plutôt intéressant Il faut aimer courir de longues distances
Retour à la seconde guerre mondiale Où est passé le doublage français intégral ?
Un mode multijoueur solide La durée de vie en solo… une blague !

1 commentaires

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.