Au cours de la dernière décennie, la façon dont les téléspectateurs apprécient les produits télévisés a radicalement changé. Grâce au développement croissant des plateformes de streaming, les gens peuvent désormais décider de ce qu’ils veulent regarder, quand (et où), avec une grande variété d’émissions toujours disponibles. 

C’est le cœur de l’addiction : tout comme la nourriture ou l’alcool, les séries télévisées dans le binge watching extrême fonctionnent aussi comme un remplissage ou un substitut de quelque chose qui nous manque, une condition d’ailleurs exacerbée par le verrouillage lors de la première vague de la pandémie des dernières années. Durant cette période, les divertissements télévisés, les réseaux sociaux et les contenus web en général ont été utilisés pour compenser les sentiments désagréables suscités par l’isolement.

Les avantages du binge watching

Le nom binge-watching fait référence à des comportements socialement problématiques : est-ce que c’est également le cas ici ? Le binge-watching de séries télévisées, un phénomène bien connu déjà à l’époque lointaine des coffrets, a pris de nouvelles proportions avec la généralisation du streaming et, plus encore, avec l’émergence de Netflix, le site de streaming à la carte qui a choisi comme politique de rendre disponibles simultanément tous les épisodes des nouvelles saisons de ses séries.

Comme tout chose, le tout comporte des avantages, mais aussi des inconvénients :

Les avantages sont évidents :

  • Plus d’œuvres et une offre très variée – comme celle des nos jeux dans https://icecasino.com/fr-ca.
  • Plus de travail pour les techniciens et les artistes.
  • Plus de choix pour les consommateurs. 

Les inconvénients, en revanche, sont tout aussi nombreux :

  • Une baisse inévitable de la qualité due à l’augmentation de la demande.
  • Une augmentation des troubles du sommeil.
  • Un manque de socialisation et le recours à la dépendance.

La chute du binge watching

Si nous devions tracer sur une ligne chronologique la période où le mot binge est devenu presque inextricablement lié au fait de regarder (watching), nous pourrions le placer en 2013, lorsque la plateforme Netflix a commencé à sortir des séries télévisées avec tous les épisodes en même temps, perturbant le balayage temporel habituel et traditionnel de la sérialité. 

Le binge watching est décrit par Netflix lui-même : « Le binge watching consiste à terminer au moins une saison d’une série dans les 7 jours qui suivent le début de son visionnage ». Lorsque Netflix a lancé son service, la plateforme a décidé de diffuser des séries non pas sur une base hebdomadaire comme d’autres services (par exemple Disney+), mais en une seule fois, afin que les utilisateurs puissent les regarder à leur guise.

Au début, il y a eu une période où Netflix a essayé – manifestement sans succès – de faire parler de marathon watching au lieu de binge watching. En bref, Netflix n’a pas apprécié le fait que le binge watching puisse être associé à des concepts négatifs et liés à la santé. De plus, sur le long temps, le binge watching n’est pas un phénomène qui fait tenir collé les abonnés à la plateforme.

Depuis quelque temps, en effet, le binge watching semble en difficulté : des plateformes comme Disney+, Apple TV+ ou Prime Video s’en passent souvent, et même Netflix explore dans une certaine mesure des modes de distribution autres que la sortie simultanée des épisodes d’une série, dans un format tout-en-un.

Netflix est en difficulté

Selon certains analystes et experts du marché, la baisse du nombre d’abonnés à laquelle Netflix est confronté pourrait inciter les dirigeants à repenser et à reconsidérer plusieurs éléments fondamentaux qui ont fait du service l’un des plus populaires du marché au fil des ans.

Parmi celles-ci figure la possibilité de modifier le modèle de diffusion du contenu. Jusqu’à présent, Netflix est resté fidèle à son modèle de diffusion en boucle, contrairement à Disney+ avec ses nouvelles productions, pour lesquelles un épisode est publié par semaine. Les premiers signes d’un éventuel changement sont apparus avec la dernière saison de Stranger Things, qui a été scindée en deux : la première partie est sortie le 27 mai et la seconde le 1er juillet. Le co-PDG Ted Sarandos a toutefois expliqué que la décision de diviser les saisons en deux tranches était liée aux retards résultant de la pandémie de Covid, et non à une volonté spécifique de changer le modèle de distribution.

À l’avenir, cependant, selon de nombreux observateurs, Netflix pourrait diluer encore davantage ces publications en passant à des épisodes hebdomadaires (ce qu’il fait déjà avec Better Call Saul). De cette manière, le service pourrait regagner des abonnés et les garder actifs, car avec le modèle actuel, les utilisateurs sont enclins à s’abonner pendant trois à six mois pour regarder en boucle certaines séries télévisées, puis à se désabonner pendant trois à six mois supplémentaires.

La fin du binge watching : la santé en tire partie

Il est tout à fait normal que les séries télévisées aient des structures narratives envoûtantes et utilisent des techniques visant à maintenir le téléspectateur accroché à l’écran, mais c’est au public d’établir la juste limite de regarder ses films et séries, sans tomber dans le problématique ou le pathologique, en se rappelant que le divertissement télévisuel (ou autre) est un divertissement et doit le rester.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.