« En thérapie », la série à succès améliore notre rapport à la santé mentale. Que nous apprend-elle sur la psychanalyse et ses effets ?

« En thérapie » : la série d’Arte a-t-elle boosté les consultations de psychiatre ?

Diffusée sur Arte, « En thérapie » est l’une des séries les plus regardées de ce début d’année 2021. Avec près de 1,35 million de téléspectateurs en moyenne par diffusion, le succès de ce huit-clos reflète l’état de la santé mentale des individus en cette période inédite de pandémie et de crise sociale.

Comment expliquer le succès de la série « En thérapie » ?

Diffusée sur Arte tous les jeudis à 20h55, la série « En thérapie » doit son vif succès à sa temporalité. Tandis que les consultations avec un psychiatre en ligne ne cessent d’augmenter du fait de la crise sanitaire et de son impact sur la santé mentale, la diffusion de cette série ne fait qu’accroître le phénomène.

« BeTipul », le concept original de « En thérapie » a été créé il y a 15 ans, en Israël. Dans sa version française réalisée par Eric Toledano et Olivier Nakache, la série nous transporte dans le cabinet d’un psychiatre parisien au lendemain des attentats de 2015. Cinq personnages se succèdent sur divan du psy incarné par Frédéric Pierrot : une chirurgienne (Mélanie Thierry), un policier de la Brigade de Recherche et d’Intervention (Reda Kateb), une adolescente (Céleste Brunnquell), et un couple (Clémence Poésy et Pio Marmaï).

Chaque jour, correspondant à un épisode d’une durée de 25 à 30 minutes, le psychiatre reçoit un patient dans son cabinet. Le vendredi, c’est au tour du psy, lui-même en proie au doute, de se rendre chez une superviseuse interprétée par une Carole Bouquet grandiose.

« En thérapie » : une série d’actualité

Au lendemain des attentats de novembre 2015, « En thérapie »  fait écho avec l’actualité et touche par la justesse des émotions retranscrites à l’écran. Les récits d’Ariane et Camille font également référence au mouvement  #MeToo et la libération de la parole des victimes de violences sexuelles. À l’heure où la pandémie de Coronavirus Covid-19 n’en finit plus, plongeant de nombreux individus dans la détresse sociale et mentale, ce huit-clos met en évidence l’intérêt d’avoir recours à une aide psychologique.

En parlant ouvertement de santé mentale, la série d’Éric Toledano et d’Olivier Nakache ouvre la voie à la démocratisation de la psychothérapie. Particulièrement fidèle aux réalités d’une thérapie, la série démystifie la pratique et aide à désamorcer les inquiétudes qui empêchent certains patients de pousser la porte d’un psy.

Quand la santé mentale devient primordiale

Selon Santé Publique France, environ 3 millions de personnes souffrent de troubles psychiques sévères en France. C’est un fait, la pandémie de Coronavirus Covid-19, et les mesures de confinement prises pour limiter la propagation virale, ont un impact sur la vie quotidienne des individus, leur santé physique et leur santé mentale. L’isolement, la baisse d’activité physique, l’augmentation du stress, l’ennui, la peur du manque de ressources, l’organisation du travail à domicile, la gestion de la vie familiale… sont autant de facteurs ayant accru le risque de troubles psychiques. Selon les résultats issus de l’enquête Coviprev, réalisée pour suivre l’évolution des comportements et de la santé mentale pendant l’épidémie, 34% des personnes interrogées en février 2021 présentaient un état anxieux ou dépressif.

Renouer avec la thérapie

Bien que la période soit difficile pour tous, quels que soient notre âge et notre situation, les jeunes et les étudiants semblent être les principales victimes des mesures de freinage de l’épidémie. Privés de cours en présentiel, limités dans leurs relations sociales et inquiets pour leur avenir, les étudiants s’inquiètent et inquiètent le gouvernement. En témoignent les mesures prises pour lutter contre la détresse des Français dans cette période d’incertitude.

Plusieurs dispositifs de prévention et de promotion de la santé mentale ont été mis en place par le gouvernement pour limiter les effets délétères de la crise sanitaire sur le moral des jeunes et des étudiants. Parmi eux le chèque d’accompagnement psychologique. Instauré depuis le 1er février, il permet aux étudiants de consulter un psychiatre ou un psychologue gratuitement. Le chèque psy donne droit à trois consultations de 45 minutes. « L’objectif, c’est que tout étudiant qui se manifeste ou qu’un proche manifeste puisse avoir accès à un parcours de soin. Le chèque doit permettre à tous les jeunes qui en ont besoin d’accéder beaucoup plus facilement, et avec une prise en charge, à un professionnel – psychologue, psychiatre – quand ils en ont besoin », a expliqué le président de la République Emmanuel Macron.

Très justement retranscrit par Eric Toledano et Olivier Nakache, la psychothérapie permet de recueillir les outils nécessaires pour gérer efficacement une période délicate. De par l’aspect humain omniprésent dans la série, « En thérapie » fait tomber les préjugés persistants à propos des psychiatres et des psychologues. Pour beaucoup de professionnels de la santé, la série pourrait contribuer à amoindrir les réticences qu’éprouvent certains individus à consulter un spécialiste de la santé mentale.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.