Nous avons eu l’occasion de découvrir Shazam à l’occasion de l’avant-première française qui a eu lieu mardi dernier. On vous dit tout sans/avec spoil.

Que feriez-vous si du jour au lendemain vous deveniez un super-héros ? Billy Batson le découvre à son insu dans Shazam, dernier né des studios Warner Bros./DC.

Après une série de films assez (même trop) Dark, avec notamment Man of Steel, Batman VS Superman ou encore le passable Justice League, l’Univers Cinématographique DC a pris un virage léger avec le sympathique Wonder Woman en 2017, pour radical avec le très bon Aquaman l’an passé. Shazam reste sur cette tendance en proposant une charmante Teen-comédie familiale ajustée à son héros Billy Batson.

On voit déjà arriver les « Pro-Snyder » qui crachent déjà leur venin sur le film sans l’avoir vu, mais il ne faut pas oublié que Shazam est avant tout l’histoire d’un ado de 14 ans qui se retrouve sans le vouloir dans le corps d’un homme de 40 ans blindé de super-pouvoir. Le film fait la part-belle aux joies de l’adolescence et nous montre Billy découvrant son « nouveau » corps. Mais commençons par le commencement.

Billy Batson est un orphelin qui passe de familles d’accueils en familles d’accueils à la recherche de sa véritable mère. Billy est placé chez Vasquez, une charmante famille qui accueille cinq autres enfants et adolescents. Alors que Billy prend la défense de l’un d’eux au lycée, notre jeune héros se retrouve face au sorcier Shazam qui voit en lui son champion qui réussira à emprisonner les sept pêchés capitaux qui ont été libéré par le Docteur Sivana, un « potentiel » champion qui a échoué à une épreuve de tentation. Le jeune homme se voit doter des pouvoirs du sorcier à chaque fois qu’il prononcera son nom « Shazam » qui lui conféreront les capacités et pouvoirs de plusieurs héros et figures mythologiques (la sagesse de Salomon, la force d’Hercule, l’endurance d’Atlas, la puissance de Zeus, le courage d’Achille et la vitesse de Mercure).

Billy se retrouve donc dans le corps d’un super-héros dans la quarantaine sans personne pour le guider et sans « notice » de fonctionnement. A l’aide de son « nouveau » frère, le très bavard Freddy, il va découvrir ses capacités mais aussi ses responsabilités et les valeurs de l’amitié et de la famille. Et… STOP… NO SPOIL !

Avec ce nouveau film DC, ne vous attendez pas à voir du Dark Knight ou le côté sombre et lugubre de la Justice League. Shazam est une comédie d’action destinée à un public très large. Asher Angel qui incarne le jeune Billy Batson est étonnant et très expressif, un rôle qui lui va comme un gant et quand à l’interprétation de Zachary Levi, elle est toute aussi bluffante. Le héros de la série Chuck est totalement crédible en ado de 14 ans débrouillard affublé d’un costume et de pouvoirs démesurés. Mark Strong est égal à lui-même et toujours excellent. Que ce soit dans le rôle d’un vilain (Kick-Ass) ou d’un héros (Kingsman), Strong possède un charisme hors du commun et nous offre un Thaddeus Sivana qui fait froid dans le dos. C’est aussi avec un grand plaisir que l’on retrouve l’excellent John Glover, qui incarnait Lionel Luthor dans la série Smallville. Mention spéciale aussi à la « fratrie » Vasquez avec ses personnages extrêmement attachants et qui ne sont pas dénués d’importance dans l’histoire.

Côté réalisation, la photographie est assez traditionnelle et penche plus dans le réalisme à l’inverse d’Aquaman et Wonder Woman qui abusaient de filtres et effets en tout genre. Surement dû à l’action qui ne se situe pas à Fawcett City comme dans le comics mais à Philadelphie, ce qui donnera lieu à quelques blagues sympathiques sur un certain boxeur célèbre. On sent quand même que Shazam n’a pas eu droit au même budget CGI quand on voit certaines scènes où les personnages volent. Les compositions de Benjamin Wallfisch sont plutôt sympathiques mais ne restent pas en tête. Elles collent à l’action sans pour autant être mémorables.

ATTENTION SPOILER :

Super-héros assez peu connu du grand public, mis à part les fans hardu et ceux qui suivent les comics et les très bonnes adaptations animées de Warner Bros. Animation, Shazam a un énorme background. On peut également en voir une infime partie notamment avec l’apparition de la Shazam Family (Ex Marvel Family, à savoir que Shazam se nommait Captain Marvel par le passé). C’est avec un grand plaisir que l’on découvre les acolytes de Billy à savoir Mary Marvel, Eugene, Pedro, Darla et Freddy, qui est incarner par un acteur que l’on apprécie énormément, l’excellent Adam Brody. Certains remarqueront même la présence de Tawky Tawny (un autre membre de la Shazam Family) en tant que… peluche dans la fête foraine. Le générique de fin est aussi une bonne référence à l’univers DC avec une sorte de Draw-My-Life incorporant les personnages de la Ligue des justiciers. Qui dit film de super, dit scène post-générique, et Shazam ne déroge pas à la règle en dévoilant un personnage clé de l’univers du super-héros rouge éclair, à savoir Mister Mind. L’apparition du petit ver extraterrestre annonce donc la formation de la Monster Society of Evil. On peut d’ailleurs voir le ver de Vénus dans la caverne du Rocher de l’éternité lorsque Billy est appelé par le sorcier. Notons aussi l’apparition du « buste » de Superman qui relance le débat sur la présence d’Henry Cavill ou non dans les prochaines productions DC.

Pour conclure, Shazam est une teen-comédie super héroïque fort sympathique qui donne envie d’en connaître plus sur le personnage et son univers. Le DCCU devient moins sombre c’est qui est bon signe pour les fans DC qui n’apprécient pas le côté trop Dark institué par les films de Zack Snyder. Shazam se rapproche plus d’un Aquaman que d’un Justice League, ce qui peut aussi faire rager les fans de la trilogie Man of Steel, Batman V Superman et Justice League. Il ne faut pas oublier que Shazam reste avant tout un adolescent de 14 ans ce qui augure énormément de gags. Drôle, attachant, avec une bonne dose d’action et d’émotion, Shazam est une bonne surprise et ravira toute la famille.

Shazam! de David F. Sandberg avec Zachary Levi, Asher Angel et Mark Strong, est attendu pour le 3 avril au cinéma.

Test effectué sur CONSOLE sur une version dématérialisée/physique fourni par le distributeur

Les Plus Les Moins
Une bonne comédie familiale… … qui ne plaira surement pas aux fans du Dark DCCU
Des personnages attachants Des effets visuels assez inégaux
Un méchant charismatique

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.