Avec un mois de décembre plutôt calme et un Rogue One sans surprise, Ubisoft nous offre, comme cadeau de fin d’année, leur toute première production cinématographique, l’adaptation live de la saga Assassin’s Creed. Quand est-t’il du film ?

Une première synchronisation ratée pour Assassin’s Creed

Assassin's CreedOn l’attendait avec impatience ou par peur, fan de la saga ou simple casual gamers, le projet d’adaptation cinématographique des aventures des Hashashin a fait coulé beaucoup d’encre. Mais plus les bandes annonces et extraits pullulaient sur la toile et plus le film semblait montrer une histoire totalement différente de la saga originale.

Nous avons pu nous faire une idées le jour de la sortie où nous avons pu découvrir un film… vide. Le long-métrage nous a paru long malgré son heure cinquante et son introduction coupée à la machete. Pratiquement aucun lien n’est fait avec les personnages des jeux, ne serait-ce qu’une petite remarque sur Desmond ou un autre assassin connu des joueurs. Là, c’est le grand vide et les passages dans le passé sont trop rares. Ceux-ci sont, à l’instar de Matrix, affublé d’un filtre qui n’est pas du plus bel effet et recouvert de poussière. C’est à se demander si Justin Kurzel n’a pas demandé en post-prod des effets supplémentaires de fumée.

Côté jeu d’acteurs, Michael Fassbender s’en sort avec les honneurs, contrairement à Marion Cotillard qui nous livre le même jeu que dans la plupart de ses rôles américains. Nous aurions voulu plus de fan-service et ce n’est pas la rapide apparition de quelques assassins du passé qui rendront heureux les nombres fans de la saga.

Assassin's Creed le film

Conclusion : C’est donc un saut de la foi qui finit sur la terre-ferme et non dans la charrette de foin pour le premier film des studios Ubisoft. Loin d’être un mauvais film, Assassin’s Creed semble marquer la volonté du studio à redémarrer sa saga au cinéma qui s’est perdue dans les limbes du jeu vidéo depuis l’opus Unity. En espérant que le prochain opus soit centré sur des personnages plus intéressant comme les très appréciés AltairEzio Auditore ou encore le pirate Edward Kenway. Qui sait ? Le second opus fera peut-être mouche comme l’a fait son petit frère vidéoludique en son temps.

NOTE GEEK GENERATION : 2,5/5