Attendu par la scène indé, Little Nightmares de Tarsier Studios sort enfin sur nos consoles. Qu’en est-il de ce petit cauchemar ?

Notre test de Little Nightmares

Ils flottent en bas

Comment ne pas penser au roman de Stephen King « Ça » en découvrant le titre de Tarsier Studios ? Un petit être en ciré jaune déambulant dans un univers glauque et humide.

Vous incarnez un petit personnage qui est lâché, tout comme le joueur, dans un endroit qu’il ne connait pas en ce sans le moindre indice scénaristique ou même d’aide. Nous sommes donc invité à découvrir les boutons et les actions du personnage nous-même. Ce n’est pas sans rappeler certains jeux de années 90 comme Another World qui propulsait le joueur dans un monde hostile sans explication (NDLR : nous noterons le petit clin d’œil au titre d’Éric Chahi avec les monstres qui tombent du plafonds et rampent comme des serpents).

Le jeu joue avec nos nerfs et il n’est pas rare d’avoir quelques Jump-Scares provoqués par les immondes habitants du monde de Little Nightmares. Le moindre bruit ou l’ouverture d’une porte peut nous mettre dans un état de stress total. Mêlant puzzle et infiltration, l’immersion est totale.

Conclusion

Little Nightmares est une petite pépite. Un croisement entre le conte morbide et l’univers de Tim Burton. Le titre est beau, très beau même et évoque la peur de l’enfance une fois les lumières éteintes. Seul point négatif, la durée de vie qui est beaucoup trop courte.

1 commentaires

Comments are closed.